Selon une vaste enquête impliquant près de 175.000 Américains adultes sur une quinzaine d’années, la part de gens sans religion a presque doublé, de 12 à 21% (jusqu’à 35% chez les 18 à 29 ans) entre 2003 et 2017 aux États-Unis:

Cette progression s’est faite essentiellement au détriment des protestants, qui ont perdu 14% de la population, de 50 à 36%. Les catholiques sont restés stables à 22% et les groupes chrétiens marginaux ont gagné 3%. Dans l’ensemble, les chrétiens ont donc accusé un recul de 11%, leur part de la population passant de 83 à 72%. La part de musulmans (Américains adultes qui se déclarent musulmans) a elle aussi doublé, mais à très bas niveau, de 0,4 à 0,8%.

Les détails techniques de l’enquête peuvent être examinés ici.