Phyllis Chesler est l’une des meilleures spécialistes des crimes d’honneur, notamment. Dans ce domaine, elle est souvent citée pour son étude « Worldwide Trends in Honor Killings » dans laquelle elle constate qu’au niveau mondial, 91% des crimes d’honneur sont commis par des musulmans. Mais elle-même insiste par ailleurs pour relativiser ce résultat, obtenu sur la base d’un échantillon restreint. Elle avance même, sans toutefois vraiment l’expliciter, que ses conclusions permettent d’étayer l’argument selon lequel « les crimes d’honneur ne sont pas nécessairement motivés par la religion ». Elle revient également sur cet aspect dans son livre « A Family Conspiracy: Honor Killing » dont un extrait a paru le 16 avril 2018 sur le site du Middle East Forum. Je recommande une lecture attentive de ses travaux et je reprends ici simplement les éléments qui me semblent pertinents dans le cadre de mes recherches. Je mets en gras:

My 2012 academic comparison of “Hindu and Muslim honor killings in India, Pakistan and the the West,” documented significant differences in terms of motives. Hindus honor kill when caste violations are committed; Muslims for many different reasons; Hindus often kill the men as well as women, whereas Muslims, rarely do. Hindus do not bring this custom with them when they come to the West; Muslims, and to a much lesser extent, Sikhs, do.

Je déduis de ces observations que la religion musulmane est plus intimement corrélée aux crimes d’honneur que la religiosité hindouiste (ou sikh). En effet, si cette pratique est maintenue, ou persiste de manière significativement plus prononcée chez les membres d’autres communautés qui évoluent dans des contextes étrangers, c’est qu’elle dépend d’aspects que ces gens ont emportés avec eux en émigrant. Et la religion en est un. En revanche, si cette pratique alors décline, il est vraisemblable qu’elle dépend davantage d’éléments étrangers, ou pour le moins seulement indirectement liés, à la religion.