Le devoir de précaution: discréditer l'Islam » Blog Archive » Le droit de Monsieur Ramadan

About the Site:

  • Projet d'interdiction du culte musulman (en Suisse)

Calendar

May 2018
M T W T F S S
« Aug    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  


Le droit de Monsieur Ramadan

December 28th, 2006 by ajmch

VO: Das Recht des Herrn Ramadan
par FRANK A. MEYER (photo)

Hani Ramadan, citoyen suisse et directeur du Centre islamique de Genève, dépose plainte pour se défendre contre les persécutions des services secrets helvétiques. Ceux-ci lui auraient envoyé un espion chargé de mettre au jour ses liaisons avec un réseau d’islamistes terroristes.

C’est le bon droit de Ramadan que d’activer l’État de droit contre le nid bernois d’indicateurs et de délateurs. Il est sain de se méfier des services secrets.

Selon le BLICK, la plainte de Ramadan aurait même certaines ambitions fondamentales, comme l’expliqua son avocat, Ridha Ajmi: «Pour nous, c’est le système démocratique de la Suisse, la crédibilité des institutions, qui sont en jeu.»

Ramadan, un démocrate exemplaire, pour qui l’intégrité de l’État de droit mérite bien un litige juridique, et peut-être même un litige coûteux? Un citoyen suisse animé de courage civique?

Ramadan est l’enseignant genevois qui a été licencié pour avoir justifié la lapidation des femmes conformément à la charia, la loi islamique. Le citoyen Ramadan considère la charia comme un ordre juridique souhaitable.

Le droit dérivé du Coran abaisse les femmes au rang de créatures de second ordre, soumises aux hommes et contraintes à l’obéissance, dans la maison comme au lit. Si elles se refusent, la charia recommande de les battre. Ses lois désavantagent les femmes dans tous les domaines du droit, du droit de garde des enfants au droit conjugal en passant par la valeur de leur témoignage.

Le droit de la charia est le droit des hommes sur les femmes et contre les femmes.

Selon la charia, les femmes adultères doivent être lapidées. La femme condamnée est enterrée dans le sol jusqu’à la poitrine, puis la foule lui jette des pierres jusqu’à qu’un médecin constate le décès.

Pour Ramadan, cette torture assassine est non seulement une juste punition pour l’adultère, mais encore une «forme de purification» pour la pécheresse, comme il le précisa dans un article du quotidien français Le Monde. Les souffrances de la femme lapidée ne lui paraissent d’ailleurs pas si graves — elles ne dureraient en fait que quelques secondes.

Qu’est la lapidation aux yeux de tout citoyen suisse normalement constitué? Un crime!

Qu’est la lapidation pour le citoyen suisse Hani Ramadan? La justice!

Et MAINTENANT, Ramadan se préoccuperait, avec sa plainte contre les services secrets du pays, du «système démocratique de la Suisse»? Tonnerre!

Le citoyen suisse Ramadan fait usage de notre droit. C’est son droit. Mais le droit de Ramadan n’est pas notre droit. Son droit est le contraire de notre droit. C’est le crime.

Posted in Vigilance | 1 Comment »



One Response

  1. Battal Agha Says:

    Et qu’attend donc le Gouvernement pour lui retirer sa nationalite?

-->