About the Site:

  • Projet d'interdiction du culte musulman (en Suisse)

Calendar

August 2019
M T W T F S S
« Jul    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  


Le sauvetage de l’Europe

October 27th, 2006 by ajmch

Je poursuis ici la réflexion de Paul Belien, elle-même basée sur les déclarations de Henryk M. Broder, et je lui réponds, en quelque sorte.

Pour ceux d’entre nous, Européens à la fois épris de liberté et combattifs, et qui ne veulent pas fuir pour trouver leur liberté ailleurs, qui veulent aimer l’Europe et la protéger de son violeur, la seule chance est de convaincre les soumis d’avance de changer d’attitude à l’égard de la montée de l’Islam. Or cela est possible. Essentiellement pour deux raisons qui puisent leurs racines dans la même cause.

La cause primaire est le fait que l’Islam contient une idéologie bien pire que même le nazisme et le communisme réunis. Les gens d’aujourd’hui, et même les «islamophobes» parmi eux, ne s’en rendent compte que très vaguement, car l’Islam a fait faillite il y a longtemps déjà, puis il a été édenté par les colonies il y a en gros 200 ans. L’Islam agréable, coloré, mélangé, vivant, qui habite les mémoires des gens épris d’Orient est un Islam dompté, amadoué, qui n’a pas grand-chose de commun avec la monstruosité littéralement infernale qui fait battre son cœur et qui nourrit sa renaissance actuelle. C’est un Islam privé de la charia, c’est-à-dire des commerces d’esclaves omniprésents, des razzias incessantes à l’extérieur pour s’en procurer de nouveaux, des exécutions publiques, de la ségrégation religieuse à tous les niveaux. Et l’Islam conquérant du XXIe siècle, pour renouer avec son succès, revient tout naturellement à ses origines sanglantes, telles quelles.

Or, et c’est la première des raisons permettant d’espérer un revirement en Occident, il est possible de faire comprendre cela même aux intellectuels obtus et craintifs qui forment une grand partie des classes dirigeantes occidentales. Le problème est la démonstration. Ces gens préfèrent instinctivement le discours fallacieux des Musulmans qui leur promettent que l’Islam leur apportera la paix. Ils sont tentés de ne surtout pas écouter le message des Cassandres islamosceptiques et insoumises. Ces gens sont peu sûrs d’eux, de leurs convictions et de leurs facultés – le problème les dépasse. Alors, ils se rétractent dans leur coquille et se répètent les mantras rassurants que leur soufflent des fourbes et des opportunistes et dans lesquels il leur semble reconnaître les valeurs et les aspirations des philosophies éthérées qui ont meublé leur vision humaniste et/ou séculaire de la vie.

Mais ils sont capables tout de même de comprendre, s’ils disposent d’informations crédibles et trouvent assez de sérénité et de concentration. Cette seule possibilité ne suffit certes pas à assurer qu’ils feront le pas, qu’ils étudieront la matière. Mais il faut malgré tout miser sur cette issue et rassembler la meilleure information possible pour convaincre précisément ces gens-là. Et ceci à cause de la deuxième raison pour laquelle il est permis d’espérer qu’ils ouvrent les yeux.

L’Islam est basé sur le message d’un homme, Mahomet, le dernier des prophètes. Tout vient de lui – le coran, censément la parole de Dieu, et même son dernier mot; l’exemple de vie que chaque Musulman se doit de suivre et de louer; et l’interprétation de la chose religieuse en tant que loi guidant les puissants. Or cet homme est un criminel épouvantable. Chacun a vu ou entrevu Zarqaoui ou quelque autre terroriste musulman en train de réciter un texte en arabe avant de décapiter au couteau un homme attaché à ses pieds. Ce que nos médias oublient de nous dire est que cette opération est calquée le plus exactement possible sur les actes mêmes du prophète, en personne, tels qu’ils sont relatés par ce que tous les Musulmans doivent apprendre pour être de bons Musulmans – la biographie de Mahomet. Être musulman, c’est trouver de tels actes justifiés et même louables dans certaines circonstances et envers certaines personnes. Et, aujourd’hui comme autrefois, la large majorité des habitants de la planète sont «islamiquement dignes» de devenir les victimes de tels comportements.

Il est donc certain, voire inévitable, que la progression de l’Islam ira de pair avec la généralisation d’actes de ce type. Et tôt ou tard, le nombre de victimes innocentes, l’absurdité incommensurable des comportements qu’inspire cette religion, la somme de terreur que tout un chacun devra subir et aussi connaître grâce aux médias décidera même certains des plus couards des «laïcs humanistes» à se trouver une foi et à se lancer au combat. Et, si nous n’y prenons pas garde, c’est alors que les choses pourraient vraiment dégénérer. En effet, ces gens qui ont abhorré, renié, dénigré, vilipendé la guerre pendant si longtemps ne seront certainement pas les plus capables de la mener dignement. Il est donc d’autant plus urgent, pour limiter les dégâts, de répandre les éléments nécessaires à la bonne compréhension du phénomène d’islamisation précisément auprès de ces gens — ces gens qui ne veulent pas comprendre.

Pour convaincre des intellectuels sans foi, il faut autre chose que des faits et des informations irréfutables – il faut une forte dose de cette crédibilité qui n’apparaît que lorsque des gens censément de leur bord et de leur monde prônent des idées soudain différentes sans changer de ton ni de démarche. Il faut commencer par convaincre les plus solides, les plus intellectualisés, les plus structurés d’entre eux. Il faut gagner en justice. Avec pour guides les valeurs mêmes de ces gens.

Une action concentrée sur cet axe a aussi pour corollaire l’implication plus intensive des représentants de l’ordre. Intéresser les membres de la police, de l’armée, des différents services de sécurité permet de mieux préparer la réaction aux actes terroristes et aux conflits de basse intensité générés par la propagation de l’Islam, voire d’agir à ce niveau de manière proactive. La compréhension des lois de l’Islam permet de percer à jour les motivations et les comportements les plus fondamentaux des Musulmans terroristes – et ainsi de mieux prévoir et prévenir leurs initiatives.

Nous devons faire en sorte, par ailleurs, que la police et l’armée fassent leur travail le mieux possible, car ce sont ces institutions qui nous laisseront – peut-être – le temps de convaincre la classe politique d’agir à un échelon plus adéquat. Or les policiers et les militaires dignes de ce nom ont un sens aigu de la validité, de la valeur intrinsèque des lois, du maintien de l’ordre. Ils respecteront donc plutôt des arguments basés sur la valeur des lois que sur les opinions politiques dont les humanistes craintifs parmi nous sont si généreux. Et si nous pouvons aider les forces de l’ordre à agir efficacement et de manière adéquate à la montée du terrorisme, notamment en comparaison européenne, nous aurons apporté une démonstration au moins aussi crédible aux yeux de la population dans son ensemble qu’à ceux de la «classe intellectuelle». Contrairement à la première impression, le projet qui consiste à attaquer de front le bastion juridique a donc plutôt de bonnes chances d’aboutir, si on y consacre l’énergie nécessaire.

Et quoi qu’il en soit, il est indispensable de focaliser les énergies dont disposent les insoumis européens. Un projet d’action juridique à l’échelle du continent permettrait de créer et de maintenir des réseaux de résistants solidement ancrés dans les populations. Il serait à la fois le fer de lance, le modèle de structure et la source vive d’une action généralisée d’information et d’éveil qui, sur la base des documents réunis, traduits, diffusés, et des plaidoiries élaborées dans le cadre des actions en justice proposées, pourrait se décliner en d’innombrables activités, sur d’autres plans aussi, qui auraient pour dénominateur commun la qualité et la solidité des arguments avancés.

Le débat sur l’Islam progresserait alors à une allure bien supérieure, peut-être suffisante, justement, pour nous donner une chance réelle de rester libres dans une Europe habitable.

Posted in Vigilance | 1 Comment »



One Response

  1. Le devoir de précaution » Blog Archive » À qui appartient l’avenir? Says:

    […] Lire le tout (en anglais) dans le Brussel Journal. Et lire aussi ma réflexion sur les mesures à prendre en Europe (Le sauvetage de l’Europe), afin d’orienter correctement les mesures légales de protection contre les sursauts d’agonie de cette idéologie médiévale. […]

-->