About the Site:

  • Projet d'interdiction du culte musulman (en Suisse)

Calendar

August 2016
M T W T F S S
« Jul    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  


Ce que l’Occident doit savoir sur l’Islam, bis

March 27th, 2007 by ajmch

Même film que ci-dessous, mais en une seule partie:  

http://video.google.com/videoplay?docid=-7524727529706125858

UPDATE: Le film est maintenant hébergé en privé et peut être visionné ici.

Posted in Vigilance | 2 Comments »



2 Responses

  1. nabila Says:

    Ouf! Quel vidéo sur la vérité, pourvu que tous comprennent…Je suis pour le DEVOIR DE PRÉCAUTION (qui peut sauver des vies) et tous ceux qui arriveront à interdire l’islam en Suisse (ce sera un modèle) et je souhaite aussi dans tous les pays occidentaux. J’espère que le peuple américain (leur gouvernement) en arrive à comprendre cet démarche qui sauvera l’Amérique de l’islamisation dans ses prisons. Ils devront séparer les prisonniers dans les pays occidentaux pour éviter de recevoir les imams dans ses lieux pour convertir…

  2. France Says:

    Entretien en 1994 entre René Marchand et l’ « Homme à l’Ane » – « Abou Yazid »
    ( La France en danger d’islam, Editions l’Age d’Homme 2002) ( texte écourté de tous les commentaires de René Marchand)

    AY : j’ai cru comprendre, après quelques phrases avec vous, que vous étiez un de ces rares Européens qui estiment qu’un Musulman n’est pas forcément un être dénué de rationalité.

    AY : La France sera musulmane, comme l’ensemble de la planête. Il n’y a qu’un Dieu, Allah. Allah n’a créé qu’une humanité et il n’a édicté qu’une loi pour cette humanité. Tous les hommes seront un jour adeptes de la Loi d’Allah, qui est l’islam. Notre ami commun m’a dit que vous connaissiez notre …credo. Ce qui vous intéresse, si j’ai bien compris, c’est en ce qui concerne votre pays, plus le comment que le pourquoi.
    Dans la visée de la finalité ultime – celle-ci, pour nous, croyants, ne peut être que l’islamisation complête de la France – bien des buts intermédiaires pourront être fixés, en fonction des circonstances et occasions, pour un temps, comme autant d’étapes dans une entreprise dont nul n’ignore au sein des états-majors, qu’elle sera longue, comme autant de batailles à gagner au cours d’un conflit qui ne doit s’achever qu’après l’anéantissement de la France en tant qu’entité politique.
    Le territoire français est la principale base arrière du mouvement dans le combat qu’il livre en Algérie, et sur lequel il concentre en ce moment le plus gros de ses forces.
    Le maillage idéologique et militaire de la communauté musulmane installée dans l’hexagone, doit se faire à une allure compatible avec le maintien de la clandestinité absolue des réseaux de soutien au front maghrébin. Trop de militants et trop brusquement, ce serait, aussitôt, attirer sur eux l’attention des services de police. Alors que, non seulement il importe d’éviter tout ce qui pourrait provoquer une réaction vive des dirigeants français, mais, en outre, il faut anesthésier ceux qui, dans les rangs de l’ennemi, se font appeler « élites », les tromper sur l’implantation du mouvement, l’état de ses forces, ses alliances… La sape, le renseignement bien sûr, la préparation des troupes, la recherche d’alliances nouvelles, le lézardage moral de l’ennemi .. mais sous camouflage épais, dans l’obscurité. Ce n’est que pour des raisons estimées majeures, exceptionnelles, (obtenir la libération d’un prisonnier emprisonné, empêcher la conclusion d’un accord entre le gouvernement français et le gouvernement algérien), que des actions de guerre ouverte pourront être décidées. Les attentats seront toujours en nombre limité et groupés sur une courte période, cela de façon à maintenir chez l’ennemi l’illusion que le mouvement ne peut agir que de façon sporadique, qu’il n’a pas réussi à s’implanter assez largement et solidement pour devenir une menace réelle.
    La clandestinité est une condition indispensable pour la réussite de la première étape de notre plan. Cette première étape nous la résumons par un mot : masser. La suivante consistera à … massifier.
    Masser, c’est favoriser l’installation en France du plus grand nombre possible de Musulmans, d’où qu’ils viennent : Maghreb, Afrique noire, Proche et Moyen-orient. Obtenir pour le plus grand nombre d’entre eux la nationalité française, au moins des permis de long séjour. Ne pas prendre position contre l’intégration : un Musulman reste un musulman ( « Pas d’apostasie en islam »). Favoriser cependant l’enseignement religieux, l’enseignement de l’arabe, la construction de mosquées, le voile pour les femmes, les vêtements traditionnels. Habituer les Français au « fait musulman ». Quant à l’encadrement, il doit être aussi serré que possible, actif, vigilant, mais surtout, indétectable.
    Ensuite viendra le temps de « massifier » les millions d’individus vivant en France et se reconnaissant comme musulmans en organisant leur rassemblement identitaire autour de l’islam et de la culture arabo-musulmane.
    La phase de massification sera déclenchée après l’installation d’une république islamique en Algérie, avant ou après – l’opportunité décidera – les batailles de la Tunisie et du Maroc. Par un renversement des rôles, l’Algérie ou l’Afrique du Nord toute entière deviendra la base arrière de la bataille de France.
    A ce moment-là, en France, le nombre des réseaux et des militants dans la clandestinité aura atteint une masse critique qui permettra la mise en oeuvre d’un procédé de massification globale accélérée.
    Ce procédé de massification, c’est la guerre. La phase guerrière du jihad.
    Comme dans toute guerre d’invasion, les troupes de l’islam devront s’assurer une tête de pont. Elles pourront s’ancrer dans les zones où les Musulmans sont majoritaires, ces « quartiers difficiles », que la police, la justice, les élus, qualifient de « zones de non-droit ». La percée sera militaire : émeutes, actions ponctuelles ( je comprends : attentats, assassinats ..) … pour que la présence française devienne intenable, mais sa stabilisation doit être juridique.
    Là, où le droit frnaçais ne s’appliquait plus depuis quelques années, le droit musulman viendra combler le vide juridique.
    Les places fortes pourraient devenir des « place de sûreté » sur le modèle de celles dont bénéficiaient les protestants à certains moments des guerres de religion dans l’Europe des XVI° et XVII° siècles.

    RM : Voilà qui est fort intéressant, Toutefois .. c’est un plan, mais de qui ? Qui l’a mis au point ? Et quand ? Qui l’a adopté parmi toutes les tendances de votre mouvement ?

    AY : Notre mouvement, vous le savez bien, est, en dépit de ce que l’on raconte, profondément unitaire. Ce plan est appliqué par toutes nos fractions, et depuis plusieurs années. Le passage aux phases plus opérationnelles sera décidé, le moment venu, par nos chefs.

    RM : Vous faites peu de cas de la capacité de réaction et de résistance du peuple français.

    AY : Vous faites peu de cas de l’influence de vos alliés : américains, sionistes et européen sur la politique de votre pays. Croyez moi, nous gagnerons par le juridique et en jouant de vos alliés contre vous. Et nous ne recommencerons pas l’erreur des Algériens, il y a quarante ans.

    RM : Quelle erreur ? Que voulez vous dire ?

    AY : Mais voyons … Si nos frères avaient pris les Français au mot, s’ils avaient accepté de devenir citoyens français comme le proposaient les gouvernants de votre quatrième République, ils seraient maintenant trente millions ici, et la France serait devenue une république islamique depuis longtemps. Mais les hommes du FLN et du MNA voulaient une nation algérienne … C’étaient vos élèves : des nationalistes selon votre définition ! Comme si, pour un musulman, il pouvait y avoir une autre nation que la nation islamique… »

-->