About the Site:

  • Projet d'interdiction du culte musulman (en Suisse)

Calendar

November 2017
M T W T F S S
« Aug    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  


Le point sur les liens de Tariq Ramadan avec le terrorisme

September 25th, 2006 by ajmch

Traduction de Tariq Ramadan new links to terror paru le 10 septembre dernier sur le blog de l’expert en terrorisme Jean-Charles Brisard.

À la suite de la décision du gouvernement américain de ne pas faire appel d’un arrêt de tribunal lui enjoignant soit de lui délivrer un visa, soit de fournir de bonnes raisons pour ne pas le faire, Tariq Ramadan est sur le point de se rendre aux États-Unis, deux ans après après l’annulation de son visa motivée par certaines dispositions du Patriot Act permettant d’exclure des citoyens étrangers ayant approuvé ou adopté le terrorisme.

 

Tariq Ramadan a toujours nié approuver le terrorisme ou avoir eu de quelconques contacts avec des terroristes en Europe. Confronté aux éléments de preuve que j’avais fournis dans le cadre d’un débat télévisé en face à face sur les ondes suisses en décembre 2003, il nia de nouveau ces contacts. À propos du terrorisme et du recours à des attentats-suicide contre des civils, il fit appel à son double discours habituel: il condamna ces actes d’une manière générale, mais les trouva justifiés dans un certain contexte.

Les éléments de preuve fournis étaient les suivants:

– Une note de la Direction de la police espagnole datée de 1999 attestant qu’Ahmed Brahim (condamné à dix ans d’emprisonnement pour incitation au terrorisme en avril 2006) entretenait des «contacts réguliers avec des personnalités importantes de l’Islam radical telles que Tariq Ramadan».

– Le procès-verbal de la première comparution de Djamel Beghal (condamné à dix ans d’emprisonnement en mars 2005) le 1er octobre 2001 (à la suite de son inculpation par un juge antiterroriste français pour sa participation à un attentat terroriste avorté contre l’ambassade américaine à Paris), dans lequel il déclare qu’avant 2004, il «suivait les cours donnés par Tariq Ramadan». Selon l’acte d’accusation, Beghal déclara le 22 septembre 2001, lors de son premier interrogatoire devant les autorités des EAU qui l’avaient arrêté, que «son engagement religieux débuta en 1994» lorsqu’il «était chargé de rédiger les déclarations de Tariq Ramadan».

– Une note des services de renseignement suisses de 2001 attestant que «les frères Hani et Tariq Ramadan organisèrent une rencontre tenue en 1991 à Genève et réunissant Ayman Al Zawahiri et Omar Abdel Rahman», soit respectivement le leader d’Al Qaida et le cerveau de l’attentat terroriste perpétré contre le World Trade Center en 1993 et condamné à l’emprisonnement à vie aux États-Unis.

– Un témoignage corroborant ces informations et déclarant qu’à la fin d’une prière du vendredi au Centre islamique de Genève, en 1991, Hani Ramadan, le frère de Tariq Ramadan, déclara au public qu’une conférence allait être tenue quelques jours plus tard avec Ayman Al Zawahiri, qu’il décrivit comme un «moudjahiddin islamique».

– Un extrait de l’annuaire téléphonique de la Banque Al Taqwa (ici: SDGT) saisi à la résidence de Youssef Nada en 2001 et dans lequel le nom de la famille Ramadan précède la mention «Said Ramadan», le nom du père de Tariq et Hani Ramadan.

De nouveaux documents indiquent que Tariq Ramadan a eu des contacts avec d’autres terroristes en Europe.

Selon l’acte d’accusation français (daté du 8 décembre 2005) contre les «réseaux tchétchènes» qui ont organisé des attentats chimiques en France «sous la supervision d’Abu Musab Al Zarqawi», Menad Benchellali (chef de réseau condamné à dix ans d’emprisonnement en juin 2006) se rendit en Suisse «une ou deux fois en 2000 pour assister à des conférences données par Tariq Ramadan».

À propos de Tariq Ramadan, lire Le manifeste de la mauvaise foi, sur le présent blog.

Posted in Vigilance | 2 Comments »



2 Responses

  1. Le devoir de précaution » Blog Archive » Ramadan encore refusé aux États-Unis Says:

    […] Bien que la procédure engagée aux États-Unis pour lui faire obtenir un visa ait abouti (voir Le point sur les liens de Tariq Ramadan avec le terrorisme), le Département américain de la sécurité intérieure a une nouvelle fois rejeté sa demande de visa, comme l’explique Daniel Pipes: À ma surprise, le DHS a de nouveau rejeté la demande de visa de Ramadan. J’en ai été informé par un contact du DHS qui a mentionné une déclaration de Ramadan intitulée «Une porte fermée» et datée d’aujourd’hui [25 septembre 2006], expliquant les faits. Ramadan indique ainsi avoir reçu une lettre de l’ambassade américaine, probablement celle de Berne, datée du 21 septembre 2006 et refusant sa demande de visa. Pourquoi? Selon Ramadan, le Département d’Etat «mentionne mon don d’un montant d’environ 600 dollars à deux organisations humanitaires (en fait une organisation française et sa section suisse) s’occupant du peuple palestinien. (…) Le gouvernement américain semble croire que les organisations auxquelles j’ai fait don d’un peu d’argent ont à leur tour financé le Hamas.» Ramadan se déclare à la fois déçu par la décision du gouvernement et «content que le Département d’État ait abandonné son allégation selon laquelle j’approuve le terrorisme.» […]

  2. Le devoir de précaution » Blog Archive » Tariq Ramadan persiste et nie Says:

    […] Tariq Ramadan continue de nier ses liens avec le terrorisme ou avec les Frères musulmans, et Jean-Charles Brisard continue d’ajouter des pièces au dossier. […]

-->