About the Site:

  • Une collection d’arguments en faveur de l’exclusion de l’Islam (en Suisse)

Calendar

November 2014
M T W T F S S
« Jul    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930


Map IP Address
Powered by IP2Location.com

Projet d’interdiction des minarets à Zurich — la charrue avant les boeufs

September 5th, 2006 by ajmch

Hier, le Parlement cantonal zurichois a reçu une initiative parlementaire demandant l’interdiction de la construction de minarets dans le canton. Le texte va en être discuté d’abord par une commission avant d’être soumis au vote du Parlement lui-même. Si celui-ci l’approuve, le projet sera soumis au vote du peuple du canton du Zurich dans un délai de six mois. Et si le peuple l’approuve à son tour, la construction de minarets sera bel et bien interdite dans le canton.

Cette démarche pose deux problèmes:

D’abord, elle se fonde sur des sentiments (la majeure partie de la population se sentirait gênée par ces minarets) et des arguments (préservation du caractère typique de l’architecture locale) subjectifs, difficilement rationalisables. Ainsi, bien qu’elle aille dans le bons sens (il est absolument indispensable d’interdire la construction des minarets), elle fait davantage appel à la dictature de la majorité qu’à la sagesse de la démocratie. La première oblige la minorité à se soumettre contre son gré, ce qui est un pis-aller, tandis que la deuxième montre pourquoi une telle interdiction serait profitable à l’ensemble de la population, Musulmans compris.

Ensuite, elle prône une différence de traitement, une inégalité (par exemple entre les lieux de culte juifs et musulmans), ce qui facilite la tâche de ses opposants. En effet, alors qu’en réalité, les minarets ne sont rien d’autre que les matérialisations de la pire oppression politico-religieuse de notre époque (et probablement de l’histoire), en en demandant l’interdiction sans faire la démonstration de ce fait, on prête le flanc à la critique facile de gens apeurés par le terrorisme, pour qui il est plus naturel de s’incliner devant les représentants soi-disant pacifiques de l’Islam conquérant que de résister en se fondant sur ses propres valeurs.

Ainsi, la presse de gauche, acquise à la défaite préventive et à la déliquescence des valeurs occidentales, une attitude qu’elle présente comme l’expression de la tolérance, a beau jeu de traiter les initiants de «droite populiste et nationaliste» et de se targuer de défendre le sens de notre Constitution, laquelle garantit en effet à chacun le droit de pratiquer librement sa religion.

C’est mettre la charrue avant les boeufs. Il faut au contraire commencer par replonger dans nos vraies valeurs pour prouver méthodiquement que la religion islamique est criminogène et agressive à la base, de par son essence même, que les Musulmans sont d’abord les victimes de ce culte qui incite et autorise systématiquement, depuis bientôt 14 siècles, les autorités islamiques à se comporter comme les plus dignes représentants de la barbarie humaine.

Ensuite, il sera tout naturel de faire fermer les mosquées, d’interdire la construction des minarets, la création et l’exploitation des associations et fondations islamiques — voire de modifier carrément la Constitution fédérale à cet effet. Ensuite, il sera enfin possible de lutter contre le terrorisme musulman avec tous nos moyens, et ainsi de le vaincre, une fois pour toutes, pour le bien de tous.

Posted in Vigilance | 2 Comments »



2 Responses

  1. kitten Says:

    Bonjour,
    Pour le fond je suis totalement en accord avec votre analyse.
    Néanmoins pour la surface, si effectivement l’interdiction des minarets (symbole visible) reflète, une main mise de la majorité bien pensante sur les électeurs, s’il véhicule le sentiment qu’il y a des risques à court ou moyen terme, s’il engendre chez les citoyens une peur…
    Le minaret (si autorisé), est rassurant pour le musulman qui y verra un encouragement à son devoir de djihad.
    Or ce serait une erreur que de rassurer le musulman aussi peu motivé -qu’il paraisse être- par l’islam…
    Il serait dangereux d’oublier ce précepte de l’islam … « restez discrets jusqu’à ce que vous soyez assez forts et ensuite combattez.. »

    Reste effectivement à partir de cette interdiction, à sensibiliser les Zurichois, en les amenant à se poser les bonnes questions sur leur choix de vie d’abord, au regard de leur culture de leur Histoire, et sur les dangers d’une islamisation.

    Si la Constitution permet le libre culte des individus, elle a également le devoir de considérer que l’islam n’est pas une religion mais une secte politico-religieuse qui a tout pouvoir sur chaque fait et geste de ses adeptes et dit avoir, par ordre du “très haut” et de son misérable prophète, tout pouvoir sur les faits et gestes de chaque humain de la terre entière.

    6 mois, si le projet est adopté par le Parlement pour donner le vote au peuple, sont suffisants si la campagne d’information est bien menée, pour sensibiliser les votants sur la réalité de l’islam, il n’y a rien à inventer, il suffit de mettre à leur disposition, les textes d’appel à la haine, à la soumission et destruction des non-musulmans dixit le coran, les hadiths, la biographie du prophète.
    Ainsi qu’un état (résumé, car sinon il y aurait plus de volumes que ne pourrait en contenir une bibliothèque) de tous les actes de barbarie commis dans le monde actuellement, y compris dans les pays musulmans (comme cette sinistre Palestine peuplée de musulmans infanticides : http://www.chretiens-et-juifs.org/article.php?voir%5B%5D=414&voir%5B%5D=2378) , actes de barbarie commis par les musulmans en pays d’occident contre leurs propres frères et essentiellement contre leurs femmes …
    Il est important que tout le monde sache que l’Histoire se situe -hic et nunc.

    Merci à précaution.ch, de tout coeur avec la Suisse dans son combat pour préserver ses valeurs et sa culture…

  2. Darmon Says:

    Tout à fait d’accord avec votre position résistante. La liberté est en danger, hypothéquée par le besoin de pétrole où pour un peu de confort l’Homme perd son âme et bientôt sa vie.

-->