About the Site:

  • Une collection d’arguments en faveur de l’exclusion de l’Islam (en Suisse)


Map IP Address
Powered by IP2Location.com

La Norvège s’attaque aux excisions — en ignorant l’Islam

June 30th, 2007 by ajmch

Parmi les mesures prévues: une hotline desservie 24h/24, une campagne d’information aux aéroports, des refus de délivrer des passeports et des examens médicaux réguliers des jeunes filles.

Ces mesures sont prises à la suite d’un reportage bouleversant de la chaîne d’état NRK révélant que près de 200 jeunes filles vivant en Norvège avaient été envoyées par leur propre famille en Somalie ces dernières années tout exprès pour y être excisées.

Le Parlement pourrait avoir à se prononcer à la rentrée sur l’introduction d’examens médicaux obligatoires.

Voir aussi:
Débat d’experts musulmans sur l’excision
Lettre ouverte à Unicef Suisse
L’Islam mutile les femmes
L’excision est-elle un problème islamique?
L’excision en Suisse et les médecins idiots utiles
Une députée suédoise demande des contrôles systématiques de l’excision

Posted in Vigilance | 4 Comments »

«Ignorer l’Islam» — une bonne solution?

June 28th, 2007 by ajmch

C’est ce que proposent des ex-Musulmans britanniques (selon la BBC):

«Nous prenons position en faveur de la raison, des droits et valeurs universels et de la laïcité. Nous avons la certitude que nous représentons une vaste majorité en Europe et que nous constituons un vaste mouvement de protestation séculariste et humaniste dans des pays comme l’Iran» (…).

«Les gens peuvent avoir leurs croyances, mais ils doivent les garder dans la sphère privée.»

«Nous pensons que les gens ne devraient pas être catalogués musulmans ou considérés comme représentés par des organisations régressives telles que le MCB (NdT: Muslim Council of Britain, la plus grande organisation islamique de Grande-Bretagne).» (…)

«Ceux d’entre nous qui s’avancent à visage découvert représentent d’innombrables autres, qui ne peuvent ou ne veulent pas en faire autant en raison des menaces encourues par les Musulmans considérés comme des apostats, ce qui est passible de la peine de mort dans les pays soumis à la loi islamique.»

C’est très bien, mais cela n’enlève rien au fait que le MCB est et reste la plus puissante organisation musulmane en Grande-Bretagne. Et aussi longtemps que la majorité des Musulmans ne trouveront pas le courage d’affronter l’opprobre et la mort pour se démarquer de leur religion, ils seront représentés par ceux d’entre eux qui respectent les textes sacrés et donc qui répandent la terreur pour établir ou maintenir le pouvoir islamique. Ignorer l’Islam est donc un progrès, mais certainement pas déterminant. C’est une sorte de neutralité non armée: on s’engage à ne pas s’engager, mais pas à empêcher les adversaires de le faire. Le résultat est connu d’avance. 

À moins que les non-Musulmans n’entrent dans ce jeu et mettent en lumière, entravent, restreignent, accusent, condamnent activement les islamistes, c’est-à-dire les gens qui promeuvent la religion islamique dans la sphère publique.

À relever encore, dans un thème annexe, la malhonnêteté de l’auteur de l’article, Dominic Casciani, qui relativise la peine de mort pour apostasie:

Dans certains régions du monde islamique, l’apostasie est passible de la peine de mort – en 2006, l’Italie a accordé le droit d’asile à un Afghan qui affirmait qu’il allait être tué pour s’être converti au Christianisme. D’autres penseurs, dont des érudits européens, affirment que cet appel à la peine capitale est trop littéral et ignore un passage clé (key section) du Coran disant que les gens ne sauraient être contraints en matière de religion.

Faut-il donc être convaincu que les gens ne liront jamais cet ouvrage ignoble pour affirmer une chose pareille. Le passage en question n’est même pas une phrase complète. Voici ce que j’en disais l’été passé:

L’une des fables couramment avancées sur l’Islam est l’absence de contrainte en matière religieuse qu’il entretiendrait. Ce mythe est basé sur un verset coranique (2:256) ordonnant: «Nulle contrainte en religion!» C’est une fable pour trois raisons.

D’abord, ce verset est censé avoir été prononcé à une époque où l’Islam était encore très jeune et ne possédait que quelques centaines d’adeptes, tout au plus. Le sens évident de ce verset est donc de permettre la libre conversion à l’Islam, et certainement pas hors d’Islam.

Ensuite, au-delà des textes et de leur logique, il y a le témoignage historique. L’interprétation de cette petite phrase a largement varié au cours de l’histoire.

Elle a ainsi été considérée comme:

  • abrogée. Le passage a été annulé par des versets coraniques ultérieurs (tels que 9:73: «Ô prophète, lutte contre les incroyants et les hypocrites, et sois dur avec eux»).
  • purement symbolique. La phrase est descriptive, et non impérative. La vérité de l’Islam est si manifeste que d’obliger quelqu’un à devenir un Musulman ne fait pas appel à la «contrainte»; ou encore le fait d’avoir à embrasser l’Islam à la suite d’une défaite militaire n’est pas considéré comme une «contrainte».
  • spirituelle, et non concrète. Les gouvernements sont en droit d’imposer les attributs extérieurs de l’allégeance à la foi musulmane, mais ne peuvent naturellement influer sur les pensées des Musulmans.
  • limitée dans le temps et dans l’espace. Elle ne s’appliquait qu’aux Juifs de Médine, au VIIe siècle.
  • limitée au non-Musulmans vivant volontairement sous le règne de l’Islam. Certains juristes disent qu’elle ne s’applique qu’aux «Gens du Livre» (Chrétiens, Juifs et Zoroastriens), d’autres pensent qu’elle concerne l’ensemble des infidèles.
  • excluant certains non-Musulmans. Les apostats, les femmes, les enfants, les prisonniers de guerre, entre autres, peuvent être contraints (c’est là l’interprétation standard, appliquée dans la majorité des lieux et des époques).
  • limitée à tous les non-Musulmans. Les Musulmans sont tenus de respecter les dogmes de l’Islam et ne sont pas autorités à faire acte d’apostasie.
  • limitée aux Musulmans. Les Musulmans peuvent passer d’une interprétation de leur foi à une autre (par exemple de la version sunnite à la version chiite), mais ne peuvent pas quitter l’Islam.
  • appliquée à tout un chacun. L’acquisition de la foi authentique requiert diverses expériences, divers tests, et la contrainte entrave ce processus.

[Voir aussi l’explication de Tilman Nagel selon laquelle cette phrase se rapporte au culte et non à la religion; concrètement, il se serait agi de plaider pour l’introduction des sacrifices d’animaux dans le culte des Arabes.]

Enfin, la réalité la plus tangible, celle dont témoigne la loi islamique, c’est-à-dire la règle suivie par les éléments de la société musulmane capables de concrétiser unilatéralement leur volonté (l’armée, la police), est que l’Islam ne tolère pas l’apostasie, et donc prêche la contrainte la plus formelle en matière de religion.

Les différentes écoles de jurisprudence ne sont ici en désaccord que sur le degré de légitimité de la peine de mort pour apostasie. Les unes lui accordent le statut de houdoud (péché contre Dieu), ce qui en fait un ordre divin direct, les autres le lui refusent car le Coran lui-même ne leur paraît pas suffisamment explicite à ce propos et préfèrent se référer pour cela à la tradition du prophète, laquelle, il est vrai, est on ne peut plus claire et, juridiquement, tout aussi valable que le Coran.

Comme toujours, dans ces affaires que tant de Musulmans et d’apologistes tiennent à présenter comme fort complexes alors que leur logique tient dans un dé à coudre, il faut se demander ce que les gens savent vraiment: il est parfaitement tolérable d’être ignorant, bien sûr, mais déjà moins de s’ériger en savant sans s’instruire, et pas du tout de persister après avoir été instruit.

Non, ignorer l’Islam n’est pas une solution. Il faut au contraire apprendre à le connaître, le faire connaître et le stigmatiser autant que possible.

SITA un moment, SITA un timbre alors participe à l'opération SITA !

Posted in Vigilance | No Comments »

De la fausse miséricorde coranique

June 21st, 2007 by ajmch

L’autre jour, je parlais devant chez moi avec un de mes voisins, fin connaisseur de l’Iran, auquel il a même consacré un ouvrage, et je tentais de lui faire apercevoir la profondeur de l’appel à la haine que constituent les écritures coraniques. Ainsi, devant son étonnement, je lui ai demandé s’il avait jamais ouvert un Coran, exception faite des fascinantes calligraphies qu’il a pu admirer lors de ses visites au Moyen-Orient?

Il s’avéra que le seul élément du contenu dont il gardait un quelconque souvenir était la Bismillah, la petite phrase qui chapeaute toutes les sourates du Coran sauf une et qui promet donc pas moins de 113 fois, et ce en tête de chapitre, donc à la meilleure place pour être bien retenue, que l’auteur des paroles en question, Allah, est «clément» et «miséricordieux». Dans mon expérience, il n’est pas rare de trouver des gens, même réputés bien informés, qui se contentent de cet élément extrêmement rassurant pour se faire une opinion, souvent définitive, sur le Coran. Or c’est pur artifice: le Dieu du Coran n’est certainement ni clément, ni miséricordieux. Ou seulement de manière extrêmement sélective.

Le Coran promet ainsi des dizaines de fois que les non-croyants séjourneront en enfer «éternellement». Quelques exemples (pour une visite guidée plus complète, voir ici):

41:26-28. Et ceux qui avaient mécru dirent: ‹Ne prêtez pas l’oreille à ce Coran, et faites du chahut (pendant sa récitation) afin d’avoir le dessus›. Nous ferons certes, goûter à ceux qui ne croient pas un dur châtiment, et les rétribuerons certes [d'une punition] pire que ce [que méritent] leurs méfaits. Ainsi, la rétribution des ennemis d’Allah sera le Feu où ils auront une demeure éternelle, comme punition pour avoir nié Nos versets [le Coran].

3:90-91 En vérité, ceux qui ne croient plus après avoir eu la foi, et laissent augmenter encore leur mécréance, leur repentir ne sera jamais accepté. Ceux là sont vraiment les égarés. Ceux qui ne croient pas et qui meurent mécréants, il ne sera jamais accepté d’aucun d’eux de se racheter même si pour cela il (donnait) le contenu, en or, de la terre. Ils auront un châtiment douloureux, et ils n’auront point de secoureurs.

45:34-35 Et on leur dira: ‹Aujourd’hui Nous vous oublions comme vous avez oublié la rencontre de votre jour que voici. Votre refuge est le Feu; et vous n’aurez point de secoureurs. Cela parce que vous preniez en raillerie les versets d’Allah et que la vie d’ici-bas vous trompait›. Ce jour-là on ne les en fera pas sortir et on ne les excusera pas non plus.

Et les infidèles sont conçus comme tels par Allah:

2:6-7 [Mais] certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les avertisses ou non: ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs coeurs et leurs oreilles; et un voile épais leur couvre la vue; et pour eux il y aura un grand châtiment.

En vérité, le Coran ne promet le pardon qu’à ceux qui adoptent la foi islamique, de leur vivant. Sa Bismillah n’est ainsi qu’un infâme mensonge, qui trompe le lecteur pressé ou peu enclin à chercher la vérité; qui prépare l’esprit à croire que quelque part, dans ce livre bouffi de haine, se cache une miséricorde ultime; qui incite les âmes pieuses à accepter son message sans réflexion critique.

La promesse coranique de clémence et de miséricorde s’adresse bien plutôt aux gens terrorisés par la violence des Musulmans qui respectent son message, préfiguration de l’enfer et des châtiments pires encore que Dieu est censé leur réserver. L’Islam est une religion terroriste. Dans l’âme.

Posted in Vigilance | 1 Comment »

Les Protestants suisses commencent à se douter de quelque chose

June 19th, 2007 by ajmch

Dimanche dernier à Bâle, la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) ouvrait son assemblée des délégués, laquelle se termine aujourd’hui, le 19 juin. Le président du Conseil de la fédération, le pasteur Thomas Wipf a fait quelques déclarations intéressantes:

Face à la transformation du paysage religieux en Suisse, le président du Conseil de la FEPS a (…) mis en garde contre un certain “romantisme multiculturel”. (…)

La conception de l’Etat et de la religion, de l’égalité entre l’homme et la femme, la disposition à se remettre en question, en tant que membres d’une religion, sont parfois très différentes chez les musulmans. L’initiative pour l’interdiction des minarets en cas de construction de mosquées, l’affaire des caricatures de Mahomet, le port de symboles religieux comme le voile islamique, les demandes de dispenses scolaires (par ex. la piscine), les réactions au caractère chrétien de l’année civile, font de plus en plus débat. (…)

Il existe (…) des aspects délicats qui demandent un dialogue approfondi avec les partenaires musulmans, a déclaré le président du Conseil de la FEPS. Une question centrale réside dans la distinction entre politique et religion. “Dans notre conception, l’Etat n’a pas de religion. Il ne doit pas être le gardien de la vérité, mais bien le gardien de la liberté”, a-t-il souligné. La neutralité religieuse de l’Etat, la liberté de l’individu, et le primat du droit laïc de même que l’égalité entre hommes et femmes “ne sont pas négociables”. (…)

“Des jeunes, chez nous aussi, qui souhaitent passer de l’islam au christianisme, ne peuvent le faire qu’en cachette. Baptême et entrée dans l’Eglise doivent se dérouler en secret parce qu’ils sont menacés d’être renvoyés dans leur pays d’origine ou exclus de leur famille. Nos partenaires de dialogue musulmans doivent comprendre que nous ne pouvons accepter cette situation. Nous attendons des responsables musulmans un travail permanent d’éclaircissement et de sensibilisation dans la communauté musulmane. Le droit de choisir librement sa religion est lui aussi ancré dans la Convention européenne des droits de l’homme et doit valoir pour tous les êtres humains dans notre pays”, insiste le pasteur Wipf.

“Nous ne pouvons nous contenter d’une déclaration disant que la limitation de la liberté de religion n’est pas sa source dans l’islam, mais dans certaines traditions culturelles. La femme musulmane qui porte un foulard doit dans notre pays avoir aussi la liberté d’enlever son foulard”, déclare le président du SCR. Concernant la réciprocité, il rappelle que les chrétiens, dans de nombreux pays musulmans, ne peuvent vivre leur foi et leur vie ecclésiale qu’en étant soumis à de grandes restrictions. “Cette situation nous préoccupe profondément (…) Il ne saurait y avoir de symétrie du non droit”. Pour le pasteur Wipf, la liberté de religion doit avoir une validité universelle.

Posted in Vigilance | 4 Comments »

Islam — religion terroriste

June 16th, 2007 by ajmch

La présence de l’islam dans la vie politique est fortement corrélée au soutien du terrorisme. C’est ce que semble révéler un projet d’étude de l’United States Institute of Peace. Pour émettre cette hypothèse, l’enquête examine différentes attitudes envers l’Islam, la politique, le terrorisme et divers sentiments associés et traite statistiquement ces données afin d’en dégager des corrélations significatives.

Ainsi, il apparaît par exemple que le soutien au terrorisme (défini ici comme étant la justification «des attentats suicide à la bombe et autres formes de violence contre des cibles civiles») est clairement lié, dans l’ordre décroissant d’importance (page 12)

– à la menace perçue des États-Unis contre l’Islam
– au rôle que l’Islam devrait jouer dans la vie politique
– à la menace perçue contre l’Islam
– au rôle que l’Islam joue dans la politique

L’auteur établit ainsi que, statistiquement, plus une personne tend à attribuer un rôle important à l’Islam dans la vie publique, plus elle est favorable, ou moins elle est opposée, au terrorisme.

Et cela est parfaitement en phase avec la fable musulmane originale. Le meilleur exemple est peut-être l’épisode de Nakhla, à la suite duquel dieu aurait dicté à Mahomet la chose suivante (2:217):

Ils t’interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. – Dis: ‹Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d’Allah est de faire obstacle au sentier d’Allah, d’être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d’expulser de là ses habitants. L’association est plus grave que le meurtre.› Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à, s’ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu: ils y demeureront éternellement.  

Mahomet a rendu cette appréciation après que ses partisans, déguisés en pèlerins, aient dévalisé et tué (ce qu’il appelle «faire la guerre») des gens, de nuit, pendant le mois sacré. Sans doute l’un des pires crimes, sinon le pire possible, pour l’époque. Et le prophète justifie ce meurtre et ces rapines par le fait que les victimes, ou plutôt leurs alliés ou leurs parents, qui avaient plusieurs mois plus tôt chassé Mahomet et ses amis conspirateurs de La Mecque, les empêchant ainsi de prier sur le lieu le plus sacré pour eux, s’étaient ainsi rendus coupables d’un crime plus grave que le meurtre par traitrise (déguisement en pèlerins, attaque pendant une période sacrée).

Concrètement, ceux qui s’opposent à l’Islam peuvent, au regard de Dieu, être tués sans discrimination, collectivement et par traitrise. Cette interprétation peut paraître extrémiste aujourd’hui, mais ce fut celle du prophète (si l’on veut croire à son existence). Et cette attitude est massivement confirmée, seulement très partiellement et très ponctuellement tempérée et jamais directement infirmée dans le reste des écritures islamiques. Si bien que, en effet, plus la religion islamique est importante dans une population, plus on y trouve légitime de massacrer les gens perçus comme des obstacles à l’Islam.

L’Islam est bel et bien une religion terroriste.

Posted in Vigilance | 1 Comment »

Sensibilisation à l’Islam tous azimuts (post collectif)

June 15th, 2007 by ajmch

Reprise (légèrement adaptée pour la Suisse) de http://www.coranix.org/action/sita.htm

L’ignorance des Occidentaux, concernant l’islam est abyssale. Contribuez à combler cette lacune en ouvrant les yeux à certains de vos compatriotes. La plupart des islamophiles le sont par pure ignorance de l’islam.

SITA: une méthode d’action
douloureusement testée et rageusement désapprouvée par:

logo_evéché_ardechelogo_france3logo_hebdo_ardechelogo France Infologo Journal Tournon Tain
logo Libérationlogo afplogo Chérie FM Annonaylogo M6 Lyon

logo La Dépêche du Midilogo Le Nouvel Observateurlogo Sud Radio
logo Associated Presslogo L Humanitélogo MRAP

logo Sud Ouest
logo MRAP musulmanlogo Europe1
logo MRAP Landeslogo France Bleu Gascognelogo SUD OUEST Landeslogo Libération Landes

Pour parler de l’islam, et plus encore pour prendre des décisions concernant cette religion ou ses adeptes, il est absolument nécessaire de connaître, au moins dans leurs grandes lignes, les textes fondamentaux de l’islam:
Le coran (paroles d’Allah)
mais aussi:
Les hadiths (paroles de Mahomet)
et
La sira (biographie de Mahomet)
Ces deux textes explicitent comment le coran doit être appliqué car les paroles et les actes de mahomet sont, pour les musulmans, l’exemple parfait de l’application parfaite du Coran.

Si vous ne connaissez pas ces trois textes, vous ne pouvez pas avoir votre propre opinion: vous ne pouvez que répéter l’opinion d’une autre personne médiatiquement plus influente que vous et notamment l’opinion des hommes politiques (dont les journalistes ne sont trop souvent que les porte-voix). Or les hommes politiques ont intérêt non pas à dire la vérité mais à dire ce qui les arrange en vue de leur prochaine élection et du maintien d’un Statu Quo évitant que ne soient contestées leurs décisions (ou absence de décisions) antérieures.

De même, les affirmations du type «l’islam est une religion comme les autres…» ou «l’islam est une religion de tolérance et de paix» sont monnaie courante dans la bouche des hommes politiques et des journalistes qui savent très bien que, dans leur immense majorité, les gens n’ont jamais ouvert un coran, et encore moins consulté des hadiths ou la sira. Eux-mêmes d’ailleurs ne l’ont pas fait et ne se préoccupent que des stratégies qui leur permettront de capter les bulletins de votes musulmans aux prochaines élections.

Mais qu’en est-t-il VRAIMENT de la religion islamique ?

Pour aider tout un chacun à se forger sa propre opinion, tout en lui évitant la fastidieuse lecture intégrale des textes islamiques, vous trouverez ci-dessous un document qui est une courte présentation synthétique des concepts fondamentaux de l’islam. Toutes les citations sont clairement référencées afin de pouvoir être aisément vérifiées.

Argumentaire de présentation de l'islam
Argumentaire de présentation de l’islam

Lien direct vers le document pdf

Cet argumentaire est un outil conçu pour être pratique à la fois

– à diffuser: c’est un tract qui contient l’adresse internet où on peut trouver le tract lui-même et cette adresse internet peut être ajoutée (intégrée) à un courriel pour aider à la diffusion du tract.

– et à consulter: c’est un simple recto-verso, rapide à parcourir, lors d’une discussion sur l’islam par exemple.

Vous trouverez ci-dessous des suggestions d’adresses de personnes influentes à qui envoyer cet argumentaire afin qu’ils ne puissent pas dire plus tard avec regret

Si j’avais su…

Le tarif postal suisse de base permet d’envoyer plusieurs feuilles A4. Vous pouvez donc éventuellement joindre à vos envois le tract de présentation des «écoles» coraniques, notamment dans le cas des constructions de mosquées où les promoteurs du projet utilisent le prétexte classique des «cours de soutien scolaire» et autres «cours de langue arabe» qui cachent systématiquement des séances de lavage de cerveau basées sur la récitation par coeur du coran en phonétique arabe sans compréhension du sens.

Argumentaire de présentation des écoles coraniques
Argumentaire de présentation des écoles coraniques

Lien direct vers le document pdf

Chaque envoi de tract ne vous coûtera que le prix d’un timbre, d’une enveloppe et quelques minutes. En faisant UN envoi par mois, vous investirez donc quelque dix francs sur un an pour contribuer à libérer votre pays du risque d’une future islamisation. Si vous en faites DEUX par mois, vous investirez à peine plus de 20 francs dans votre futur. Si vous avez les moyens d’investir 45 francs sur un an, vous pouvez faire un envoi par semaine.

Et même si vous n’avez que les moyens d’investir moins d’un francs par an, faites UN envoi, un seul: vous pouvez être certain que ce courrier marquera durablement son destinataire et vous aurez contribué à résister à l’implantation progressive de la Shari’a en Europe.

Pourquoi envoyer un courrier postal? Un courrier électronique avec la référence du tract, ou le tract en pièce jointe, serait plus simple, plus rapide et beaucoup moins couteux…

L’expérience montre tout simplement qu’un courrier postal a beaucoup plus de chances d’être lu et à infiniment plus d’impact qu’un message électronique émanant d’un inconnu (message souvent intercepté par les utilitaires anti-spam et anti-virus). Les courriers électroniques n’ont de réelle efficacité que si le destinataire connaît l’expéditeur.

Votre président de commune, votre député, votre conseiller aux États, votre évêque ou votre préfet est tenté de jouer profil bas face à l’islam, voire de s’applatir complètement? Envoyez lui immédiatement l’argumentaire à lire et méditer.

Les destinataires sont à choisir prioritairement parmi les pro-islamistes faisant La Une de l’actualité: personnalités ouvertement pro-mosquées, élus favorables à une loi pro-islam, journalistes et politiciens apôtres candides de L’islam est une religion comme une autre, etc…
En agissant selon l’actualité tant au plan local qu’au plan national votre action sera d’autant plus payante.

Etant donné qu’il vaut mieux, comme dit l’adage populaire, prévenir que guérir, diffusez cet argumentaire préventivement.

ADOPTEZ LA FOURMI-ATTITUDE!

La fourmi-attitude est payante: chacune des actions qu’un résistant-fourmi entreprend a l’air anodine et vaine. Et pourtant… cumulées, ces actions permettent aux colonnes de fourmis de ravager des forêts et d’y tracer de véritables autoroutes! Tel est le principe de l’opération SITA. L’affaire de la mosquée de Tournon-sur-Rhône en est une parfaite illustration: quelques banales lettres ont suffit pour déclencher la résistance!

SITA un moment, SITA un timbre alors participe à l’opération SITA!

Une initiative relancée par Occidentalis

Posted in Vigilance | 27 Comments »

Le devoir de précaution expliqué en anglais

June 15th, 2007 by ajmch

Grâce à la rencontre, à Pepperdine, d’Arnaud Dotézac, professeur de droit en Suisse, et d’un membre de Vigilant Freedom / 910 Group. Extrait: 

Professor Dotezac [proposes] utilizing a common legal concept to enforce accountability on radical mosques and their preachers. That concept is the Precautionary Principle. Says Wikipedia,

The precautionary principle is a moral and political principle which states that if an action or policy might cause severe or irreversible harm to the public, in the absence of a scientific consensus that harm would not ensue, the burden of proof falls on those who would advocate taking the action.

In other words, it is up to you to prove that your product does not do public harm, and if it does harm, you can be held legally responsible. Says Dotezac,

The Koran contains passages which constitute general calls to violence. They do not aim at individuals in particular, but readers of the Koran can think that they conform to these injunctions by aiming at individuals. I propose that this risk should be taken into account. That one should ask the people who circulate this text to match it with a warning specifying that the democratic law must prevail on the injunctions which would be contrary to it. 

The legal principle exists, in other words, which would require that those seeking to fund, build or preach in Mosques can be asked to sign a document stating that they know that some elements in the Koran and Islamic law are contrary to the laws of democratic western society, and that they are accountable for any violations. Consumers of Islam have a right to know that following ALL of its edicts may lead to imprisonment or death.

The Precautionary principle has the added benefit of being the darling legal principle of certain leftist environmentalists, which creates an enjoyable irony. It also benefits from the established principle of free speech in that you are free to speak, but you are also responsible for the results of that speech. (Such that those who cry fire in the theater may be sued by the relatives of those trampled in the insuing panic, for example.) This is different from the free speech restrictions proposed by the Islamists’ useful idiots, which restricts speech on the basis of its giving rise to offense.  Further, the burden is on the Islamists and their apologists to prove their oft repeated assertion that Islam is a religion of peace. And when they cannot prove it, as we know they can’t, than perhaps room will be opened for those who might seek to create a Jihad-Free Islam.

Posted in Vigilance | No Comments »

Essentialisme et islamophobie: même sophisme

June 10th, 2007 by ajmch

Quelques extraits du texte d’Elisseievna, militante féministe antitotalitaire:

Les musulmans militants ont un avantage sur nous : ils connaissent notre philosophie et notre droit, nous ne connaissons rien à l’islam. Notre Droit nous permet de défendre la démocratie, (il nous permet de limiter certaines libertés pour préserver globalement plus de libertés (exemple, l’article 30 de la déclaration de 1948), mais pour qu’un droit soit utilisable, il faut que les juristes prennent connaissance des faits, que ces faits soient des réalités matérielles, ou qu’ils soient des textes et des discours. (…)

L’islam est un Droit, un système juridique et une législation avec une jurisprudence multiséculaire déjà existante et cohérente, un Droit que les «islamistes» appliquent au plus près et non par «dérive».

Quand j’étudie le Droit français et que j’en décris le contenu et les principes, tel qu’il résulte des textes, je décris bien une «essence», un «sens», en présentant ses principes et ses effets : je ne fais pour autant aucun «racisme» pro ou antifrançais. Le reproche d’essentialisation est inepte appliqué à un Droit.

Décrire un Droit, ses textes, son histoire, sa cohérence et ses conséquences à un instant T, et en déduire les conséquences humaines et politiques, dire quels sont ceux qui appliquent ce Droit et ceux qui ne l’appliquent pas, donner un avis sur les évolutions possibles logiquement dans l’interprétation de textes, compte tenu de leur contenu et des jurisprudences antérieures, cela n’a rien à voir avec un quelconque jugement sur l’«essence» de ceux qui s’y soumettent, cela n’empêche aucunement ses adeptes d’évoluer s’ils le veulent, cela consiste juste à dire la réalité à un instant T au lieu de prendre ses désirs pour la réalité … et de porter des accusations de racisme à tort et à travers.

(…) chaque personne est libre dans son rapport avec l’islam et libre d’inventer l’islam qu’elle souhaite ou de croire à la version de ce qu’elle appelle islam qu’elle pense vraie, c’est sa liberté, son existence et aussi sa responsabilité. Mais nier l’islam en tant que réalité historique, en tant qu’ensemble de textes «sacrés» et de jurisprudence, ayant une existence passée et attestée, et ayant un contenu bien défini, ce n’est pas être «existentialiste», c’est être négationniste de l’histoire de cette pensée (rien à voir avec le «négationnisme» d’un génocide), ou c’est être «ignorant volontaire»… (…)

Ce type de «terrorisme intellectuel» par un simple sophisme, par la menace d’être étiqueté d’un titre infâmant (raciste), ne devrait pas fonctionner. Si nos contemporains avaient un tant soit peu de rigueur intellectuelle, de capacité d’analyse logique, ils ne se laisseraient pas berner par de telles confusions. S’ils avaient un tant soit peu le souci du sérieux intellectuel et de la présomption d’innocence, ils ne se laisseraient pas intimider par des menaces reposant sur de si faibles prétendues preuves. Et pourtant, ils sont si nombreux à rester «sidérés» par ces intimidations intellectuelles. L’humanité a-t-elle réellement progressé depuis les chasses aux sorcières ? L’inquisition semble être ressuscitée, en vérité, elle semble être ressuscitée…

Lire le tout sur LibertyVox.

Posted in Vigilance | No Comments »

Action d’information et de sensibilisation de base sur les dangers de l’Islam

June 4th, 2007 by ajmch

SITA un moment, SITA un timbre alors participe à l'opération SITA !

Posted in Vigilance | 6 Comments »

Dix-sept médisances quotidiennes au nom d’Allah

June 3rd, 2007 by ajmch

Contre les Juifs et les Chrétiens. C’est ce que fait le Musulman pratiquant en récitant l’Al-Fatiha, la prière la plus commune de l’Islam et la première sourate du Coran. Une honte dont je parle déjà un peu ici et ici, par exemple. Robert Spencer, directeur de Jihad Watch, fait le tour de la question dans le premier volet d’une série consacrée à l’étude du Coran: Blogging the Qur’an.

The Fatiha (Opening) is the first sura (chapter) of the Qur’an and most common prayer of Islam. If you’re a pious Muslim who prays the five requisite daily prayers of Islam, you will recite the Fatiha seventeen times in the course of those prayers. According to an Islamic tradition, the Muslim prophet Muhammad said that the Fatiha surpassed anything revealed by Allah (“the God” in Arabic, and the word for God used by Arabic-speaking Christians and Jews, as well as Muslims) in the Torah, the Gospel, or the rest of the Qur’an. And indeed, it efficiently and eloquently encapsulates many of the principal themes of the Qur’an and Islam in general: Allah as the “Lord of the Worlds,” who alone is to be worshiped and asked for help, the merciful judge of every soul on the Last Day. (…)

It is for its last two verses that the Fatiha is of most concern to non-Muslims, and for which it has been in the news lately. A Shi’ite imam, Husham Al-Husainy, ignited controversy by paraphrasing this passage during a prayer at a Democratic National Committee winter meeting, giving the impression that he was praying that the assembled pols convert to Islam. Then Imam Yusuf Kavakci of the Dallas Central Mosque prayed the Fatiha at the Texas State Senate, giving rise to the same concerns.

The final two verses of the Fatiha asks Allah: “Show us the straight path, the path of those whom Thou hast favoured; not the (path) of those who earn Thine anger nor of those who go astray.” The traditional Islamic understanding of this is that the “straight path” is Islam — cf. Islamic apologist John Esposito’s book Islam: The Straight Path. The path of those who have earned Allah’s anger are the Jews, and those who have gone astray are the Christians.

The classic Qur’anic commentator Ibn Kathir explains that “the two paths He described here are both misguided,” and that those “two paths are the paths of the Christians and Jews, a fact that the believer should beware of so that he avoids them. The path of the believers is knowledge of the truth and abiding by it. In comparison, the Jews abandoned practicing the religion, while the Christians lost the true knowledge. This is why ‘anger’ descended upon the Jews, while being described as ‘led astray’ is more appropriate of the Christians.”

Ibn Kathir’s understanding of this passage is not a lone “extremist” interpretation. In fact, most Muslim commentators believe that the Jews are those who have earned Allah’s wrath and the Christians are those who have gone astray. This is the view of Tabari, Zamakhshari, the Tafsir al-Jalalayn, the Tanwir al-Miqbas min Tafsir Ibn Abbas, and Ibn Arabi, as well as Ibn Kathir. One contrasting, but not majority view, is that of Nisaburi, who says that “those who have incurred Allah’s wrath are the people of negligence, and those who have gone astray are the people of immoderation.”

Wahhabis drew criticism a few years back for adding “such as the Jews” and “such as the Christians” into parenthetical glosses on this passage in Qur’ans printed in Saudi Arabia. Some Western commentators imagined that the Saudis originated this interpretation, and indeed the whole idea of Qur’anic hostility toward Jews and Christians. Muslims all over the world learn as a matter of course that the central prayer of their faith anathematizes Jews and Christians.

But unfortunately, this interpretation is venerable and mainstream in Islamic theology. The printing of the interpretation in parenthetical glosses into a translation would be unlikely to affect Muslim attitudes, since the Arabic text is always and everywhere normative in any case, and since so many mainstream commentaries contain the idea that the Jews and Christians are being criticized here. Seventeen times a day, by the pious.

Posted in Vigilance | 3 Comments »