About the Site:

  • Une collection d’arguments en faveur de l’exclusion de l’Islam (en Suisse)


Map IP Address
Powered by IP2Location.com

La fête de l’Aïd a commencé, dans les sangs mêlés

December 31st, 2006 by ajmch

Près de 1200 Turcs, en moins d’une journée, ont déjà atterri aux urgences après une tentative d’abattage rituel malheureuse:

Les Musulmans abattent des vaches, des moutons, des chèvres et des taureaux pendant les quatre jours de la célébration actuelle, un rite commémorant le sacrifice d’un bélier par Abraham à qui Dieu permettait ainsi d’épargner son fils. Ils partagent la viande avec des amis et des proches et en offrent une partie aux pauvres.

En Turquie, au moins 1179 personnes — qualifiées de «bouchers amateurs» par les médias turcs — ont été traitées dans les hôpitaux du pays, en majorité pour des coupures aux mains et aux jambes.

Quatre personnes ont été gravement blessées par le poids d’un gros animal qui s’est effondré sur elles, relate la presse. Une autre personne a été blessée lorsqu’une grue servant à soulever un animal est tombée sur elle. Trois personnes ont succombé à une attaque cardiaque alors qu’elles tentaient de maîtriser des animaux, a annoncé la chaîne CNN de Turquie. […]

Les autorités turques ont prévu des amendes pour les personnes qui abattent des animaux hors des installations mises en place par les municipalités. Mais de nombreux Turcs ignorent ces règles et sacrifient des animaux dans leur cour ou au bord des routes.

Rappelons que le sacrifice en question est censé concerner un autre des fils d’Abraham que celui indiqué dans l’oeuvre originale, la Torah. Dans cette dernière, qui constitue aussi l’Ancien Testament des Chrétiens, c’est Isaac, son fils légitime, né de sa femme Sara, qu’Abraham est censé devoir sacrifier. Dans le Coran, c’est au contraire Ismaël, son fils aîné, mais né d’une servante, qu’Abraham devrait tuer.

Outre que cela fait des Arabes, souvent considérés comme les descendants d’Ismaël, le véritable «peuple élu», en lieu des place des Juifs, considérés comme la descendance d’Isaac, cela implique pour les Musulmans croyants de croire, justement, que les Juifs ont falsifié la Torah, le message de Dieu, pour y remplacer Ismaël par Isaac et s’approprier ainsi indûment le legs des Arabes.

Et c’est en grande partie aussi ce mensonge hypothétique, hautement improbable, et qui, à l’époque des faits, était parfaitement impossible à prouver ou à infirmer (entre-temps, des exemplaires très anciens ont confirmé la «version» juive), que les Musulmans «célèbrent» en ce moment en faisant couler tant de sang (et de quelle manière!). Et en lançant des pierres contre les diables de leur imagination.

Posted in Vigilance | 1 Comment »

Les Musulmans infidèles

December 31st, 2006 by ajmch

De tout temps, soit depuis les premières années de l’Islam, lorsque des Musulmans en ont voulu à d’autres Musulmans, ils ont traités ceux-ci de mauvais Musulmans, voire d’infidèles. Car «abaisser» un Musulman au statut d’infidèle permet non seulement (à un autre Musulman) de le tuer et de le dépouiller impunément, mais encore d’en tirer honneur et gloire. La tentation est donc très grande, pour les Musulmans enclins à la violence, de répandre des propos malveillants sur les manquements religieux de leurs futures victimes.

Longtemps, les chiites n’avaient pas le droit de faire le pèlerinage de La Mecque et comme ils y étaient tout de même tenus (le Hajj est l’un des cinq piliers de la religion), ils mentaient, de manière très systématique, sur leur appartenance religieuse pour y participer tout de même — concrètement, ils se faisaient passer pour des sunnites.

Ce mensonge particulier, qui consiste à dissimuler son identité religieuse, est en fait autorisé pour tous les Musulmans, en présence d’une majorité d’infidèles et, d’une manière générale, dans les contacts avec des non-Musulmans, avec qui il ne faut parler de la religion islamique qu’en des termes agréables. Cette manière de cultiver deux visages, l’un agréable mais menteur et l’autre croyant mais assassin, est devenu ainsi une sorte de double nature extrêmement répandue dans l’Islam et son schisme spécifique en est peut-être la meilleure illustration.

Or ce schisme, qui fait régulièrement des dizaines de victimes innocentes en Irak actuellement, évolue dans un sens décidément très inquiétant, surtout en plein Hajj, en Arabie Saoudite, où chiites et sunnites accomplissent ensemble les rites de leur foi dans un cadre, rappelons-le, d’où sont exclus tous les non-Musulmans:

Le cheikh saoudien Abdel-Rahman al-Barrak, que beaucoup considèrent comme le dignitaire le plus influent du courant wahhabite de l’islam sunnite, qualifie les chiites «d’infidèles» dans une fatwa diffusée sur Internet, alors que le fossé semble se creuser entre adeptes des deux cultes au Proche-Orient.

«Les négationnistes sont dans leur ensemble la pire des sectes de la nation islamique. Ils portent toutes les caractéristiques des infidèles», affirme-t-il. «Ils sont en réalité des infidèles polythéistes, même s’ils s’en cachent», poursuit le prédicateur, évoquant des divergences théologiques telles que la vénération des lieux saints, que les adeptes du wahhabisme jugent impie.

«Les écoles de pensée chiite et sunnite sont à ce point éloignées qu’elles ne pourront jamais s’entendre; aucune réconciliation n’est possible à moins que les sunnites ne renoncent à leurs principes», insiste cheikh al-Barrak. Les wahhabites, partisans d’une lecture rigoriste de l’islam, considèrent de longue date les chiites comme des hérétiques, mais la virulence de cette fatwa est sans précédent depuis plusieurs années.

Posted in Vigilance | No Comments »

La charia et le vice de l’Occident, Kadhafi et Jean Ziegler

December 28th, 2006 by ajmch

YouTube Preview Image

C’est l’occasion de se rappeler que Kadhafi n’a pas que des ennemis en Suisse.

Posted in Vigilance | No Comments »

Le droit de Monsieur Ramadan

December 28th, 2006 by ajmch

VO: Das Recht des Herrn Ramadan
par FRANK A. MEYER (photo)

Hani Ramadan, citoyen suisse et directeur du Centre islamique de Genève, dépose plainte pour se défendre contre les persécutions des services secrets helvétiques. Ceux-ci lui auraient envoyé un espion chargé de mettre au jour ses liaisons avec un réseau d’islamistes terroristes.

C’est le bon droit de Ramadan que d’activer l’État de droit contre le nid bernois d’indicateurs et de délateurs. Il est sain de se méfier des services secrets.

Selon le BLICK, la plainte de Ramadan aurait même certaines ambitions fondamentales, comme l’expliqua son avocat, Ridha Ajmi: «Pour nous, c’est le système démocratique de la Suisse, la crédibilité des institutions, qui sont en jeu.»

Ramadan, un démocrate exemplaire, pour qui l’intégrité de l’État de droit mérite bien un litige juridique, et peut-être même un litige coûteux? Un citoyen suisse animé de courage civique?

Ramadan est l’enseignant genevois qui a été licencié pour avoir justifié la lapidation des femmes conformément à la charia, la loi islamique. Le citoyen Ramadan considère la charia comme un ordre juridique souhaitable.

Le droit dérivé du Coran abaisse les femmes au rang de créatures de second ordre, soumises aux hommes et contraintes à l’obéissance, dans la maison comme au lit. Si elles se refusent, la charia recommande de les battre. Ses lois désavantagent les femmes dans tous les domaines du droit, du droit de garde des enfants au droit conjugal en passant par la valeur de leur témoignage.

Le droit de la charia est le droit des hommes sur les femmes et contre les femmes.

Selon la charia, les femmes adultères doivent être lapidées. La femme condamnée est enterrée dans le sol jusqu’à la poitrine, puis la foule lui jette des pierres jusqu’à qu’un médecin constate le décès.

Pour Ramadan, cette torture assassine est non seulement une juste punition pour l’adultère, mais encore une «forme de purification» pour la pécheresse, comme il le précisa dans un article du quotidien français Le Monde. Les souffrances de la femme lapidée ne lui paraissent d’ailleurs pas si graves — elles ne dureraient en fait que quelques secondes.

Qu’est la lapidation aux yeux de tout citoyen suisse normalement constitué? Un crime!

Qu’est la lapidation pour le citoyen suisse Hani Ramadan? La justice!

Et MAINTENANT, Ramadan se préoccuperait, avec sa plainte contre les services secrets du pays, du «système démocratique de la Suisse»? Tonnerre!

Le citoyen suisse Ramadan fait usage de notre droit. C’est son droit. Mais le droit de Ramadan n’est pas notre droit. Son droit est le contraire de notre droit. C’est le crime.

Posted in Vigilance | 1 Comment »

Les blogs de langue allemande critiques envers l’Islam

December 27th, 2006 by ajmch

Posted in Vigilance | No Comments »

Au XXIe siècle, l’envahisseur a bel et bien franchi les portes de Vienne

December 27th, 2006 by ajmch

Comme le montrent les images publiées par Steve Decatur sur The Islamic Threat, l’Autriche abrite déjà de nombreux ennemis intérieurs. Le 24 décembre dernier, 3500 Musulmans autrichiens se pressaient à l’aéroport de Vienne pour rejoindre la Mecque, ville interdite aux non-Musulmans (et longtemps interdite aussi aux Musulmans chiites, d’ailleurs) où ils doivent faire leur Hajj, un «pèlerinage» au cours duquel on leur rappelera, rituellement, que les Juifs sont censés avoir commis les pires crimes et méritent la colère divine, que le mal doit être tué à coups de pierres ou peut-être aussi, comme la dernière fois, que l’Amérique et Israël doivent être détruits.

En fait, tous ces pèlerins peuvent et devraient être considérés à leur retour dans les pays libres comme autant de dangers publics.

Posted in Vigilance | 1 Comment »

La télévision anglaise célèbre Noël avec une incroyable idiote utile

December 26th, 2006 by ajmch

Les voeux de Noël de Khadijah:

YouTube Preview Image

Convertie depuis plus de dix ans et bâchée (le port du nikab lui donne un sentiment de «grande libération») depuis plus de huit, elle n’a même pas encore contrôlé la citation coranique selon laquelle «dans Islam, nous croyons que la mort d’une personne équivaut à tuer l’humanité entière». C’est dire qu’elle n’a sans doute jamais lu le Coran, ou qu’elle n’a pas atteint le chapitre 5. Voici en effet la source de son canular:

5:32. C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.

5:33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment,

5:34. excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir: sachez qu’alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Non seulement cette prescription est censée s’adresser aux Juifs, donc, et non aux Musulmans, mais les Musulmans ont ici l’un des pires «ordres divins» de leur soi-disant religion. Basé sur ces paragraphes, la charia prévoit les châtiments en question pour toutes sortes de gens, car le terme «corruption» (fasadan) est si général que la jurisprudence islamique peut l’utiliser presque à loisir. Il faut rappeler aussi que la pire corruption consiste à prêter des associés à Dieu, ce que fait par définition toute religion non monothéiste, d’où la définition légale du djihad offensif comme étant dirigé contre tous les polythéistes.

Un détail encore: les menteurs musulmans professionnels prétendent volontiers, à ce stade de la discussion, que ce verset se rapporte en fait à des brigandages et s’appuient en cela sur la tradition du prophète. Il est vrai qu’un cas de brigandage (meurtre et vol de chameau) a été puni, par le prophète, du sectionnement des membres opposés. Mais le prophète leur a également fait crever les yeux à l’aide de clous chauffés au feu et les a laisser mourir de leurs blessures. Voilà la réalité du message islamique derrière les billevesées d’idiotes utiles que des chaînes de télévision tout aussi utiles pensent judicieux d’interviewer à l’occasion de Noël.

 

Posted in Vigilance | No Comments »

Pourquoi l’Occident pourrait échouer (contre l’islamisme)

December 26th, 2006 by ajmch


par Daniel Pipes
New York Sun, 26 décembre 2006

VO: How the West could lose

Après avoir vaincu les fascistes et les communistes, l’Occident va-t-il maintenant parvenir à vaincre les islamistes?

À première vue, sa supériorité militaire semble rendre sa victoire inévitable. Même si Téhéran se dote de l’arme nucléaire, les Islamistes ne disposeront d’aucun appareil militaire comparable à celui de pendant la Deuxième Guerre mondiale ou à celui de l’Union soviétique pendant la guerre froide. En quoi les islamistes peuvent-ils être mesurés à la Wehrmacht ou à l’Armée rouge? Aux SS ou aux Spetznaz? À la Gestapo ou au GKB? Ou encore à Auschwitz ou au Goulag?

Pourtant, un certain nombre d’analystes, dont votre serviteur, craignent que les choses ne soient pas si simples. Les islamistes (définis comme étant les gens qui exigent de vivre selon la loi sacrée de l’Islam, la charia) pourraient en effet obtenir de bien meilleurs résultats que les autres totalitaristes. Il se pourrait même qu’ils l’emportent. Car l’Occident, malgré toute la puissance de son matériel, présente des bogues logiciels qui pourraient lui être fatals. Trois d’entre eux – le pacifisme, la haine de soi et l’autosatisfaction – mérite une attention particulière.

Pacifisme. Dans les milieux instruits, on nourrit aujourd’hui volontiers la conviction selon laquelle «il n’existe pas de solution militaire» aux problèmes actuels, un mantra appliqué au Liban, à l’Irak, à l’Iran, à l’Afghanistan, aux Kurdes, au terrorisme et au conflit israélo-arabe. Mais ce pacifisme pragmatique veut ignorer que l’histoire moderne fournit de nombreux exemples de solutions militaires. Que furent donc les défaites de l’Axe, des États-Unis au Vietnam ou de l’Union soviétique en Afghanistan sinon des solutions militaires?

Haine de soi. Des éléments non négligeables de plusieurs pays occidentaux – notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël – croient que leur gouvernement est le dépositaire du mal et considèrent le terrorisme actuel comme le châtiment de péchés antérieurs. Cette attitude du «Nous avons vu l’ennemi: c’est nous» conduit à remplacer une réplique adéquate par le seul apaisement, accompagné d’une disposition à renoncer à ses traditions et à ses accomplissements. Ainsi, Oussama Ben Laden honore nommément des gauchistes tels que Robert Fisk et William Blum. Les partisans occidentaux de la haine de soi revêtent une importance exagérée en raison de leur rôle de faiseurs d’opinion dans les universités, les médias, les institutions religieuses et les arts. Ils servent aux islamistes de moudjahiddines auxiliaires.

Autosatisfaction. L’absence de présence militaire islamiste importante inspire un sentiment de dédain à de nombreux Occidentaux, surtout à gauche de l’arène politique. La guerre conventionnelle, avec ses hommes en uniformes, ses vaisseaux et son aviation, ses batailles sanglantes à la conquête de terres et de ressources, est aisée à comprendre, mais la guerre asymétrique contre l’Islam radical est élusive. L’emploi de cutters et de ceintures d’explosifs entrave la perception d’un tel ennemi comme un adversaire digne de ce nom. Ainsi, nombreux sont ceux qui, comme John Kerry, veulent traiter le terrorisme comme une simple «nuisance».

Mais les islamistes déploient en fait des moyens redoutables dépassant largement le cadre du terrorisme local:

  • Un accès potentiel à des armes de destruction massive capables d’anéantir la vie occidentale.
  • Un attrait religieux qui possède des racines plus profondes et exerce une influence plus durable que les idéologies artificielles du fascisme ou du communisme. 
  • Un appareil institutionnel élaboré, financé et organisé de manière impressionnante, en mesure de conquérir sa crédibilité, de susciter les bonnes volontés et de mener au succès électoral.
  • Une idéologie capable d’attirer les Musulmans de toutes sortes, du lumpenprolétariat aux privilégiés, des analphabètes aux universitaires chevronnés, des gens parfaitement intégrés aux derniers des psychopathes, des Yéménites aux Canadiens. Le mouvement échappe presque à toute définition sociologique.
  • Une démarche non violente – ce que j’appelle «l’islamisme légal» – qui concrétise l’islamisation par des moyens tant éducationnels que politiques et religieux, sans recourir à l’illégalité ou au terrorisme. L’islamisme légal s’impose avec succès tant dans des pays à majorité musulmane, comme l’Algérie, que dans des pays où l’Islam est minoritaire, comme au Royaume-Uni.
  • Un nombre formidable d’activistes engagés. Si les islamistes constituent 10 à 15% de la population musulmane mondiale, leur effectif représente 125 à 200 millions de personnes, soit un nombre beaucoup plus élevé que la totalité des fascistes et des communistes ayant jamais vécu.

Le pacifisme, la haine de soi et l’autosatisfaction prolongent la guerre contre l’Islam radical et causent des victimes inutiles. Il semble fort probable que les Occidentaux de gauche ne pourront surmonter cette triple infirmité et affronter l’ampleur réelle de la menace qu’après avoir subi des pertes humaines et matérielles catastrophiques. Le monde civilisé devrait s’imposer tout de même, mais tardivement et en payant un prix exagéré.

Et si les islamistes se montrent habiles, évitent les destructions massives, se concentrent sur l’action légale, politique, non violente, et que leur mouvement reste dynamique, il est difficile de voir ce qui pourrait les arrêter.

Posted in Vigilance | No Comments »

Pour la charia, la loi sacrée des Musulmans, nous tuer est licite

December 25th, 2006 by ajmch

YouTube Preview Image

Car nous sommes coupables de ne pas être soumis à l’Islam, dès lors que nous avons entendu l’appel. Averroès a très bien expliqué les bases légales de cette attitude, tout à fait normale dans l’Islam, n’en déplaise aux menteurs qui veulent nous vendre un Islam de pacotille.

Et d’ailleurs, quelle importance que l’Islam qui se donne des airs de religion authentique existe ou non? Tant que ce corps de pensées fournira des raisons aussi solides de croire que tous les non-Musulmans sont des cibles légitimes, l’Islam, même non violent, sera une menace pour la civilisation. Sa simple pratique, sous quelque forme que ce soit, soutient les bases mêmes de lois telles que celles du djihad et ainsi répand la haine, la zizanie, le crime, le chaos et la soumission à des règles de vie médiévales. La pratique de l’Islam est l’assurance de la faillite civilisationnelle.

Posted in Vigilance | No Comments »

Plainte contre la TSR — vous pouvez toujours vous faire entendre

December 21st, 2006 by ajmch

Rappel des faits:

Le 26 octobre, la Télévision suisse romande (TSR) diffusa une émission Temps Présent (son meilleur magazine d’information) consacré au Hezbollah libanais. De nombreux téléspectateurs connaissant un peu (ou trop) le Hezbollah et/ou la situation au Liban trouvèrent cette émission  déplacée. Une procédure de plainte a été entamée. Cette semaine, une séance de conciliation a eu lieu entre des délégations des plaignants et des représentants de la TSR. À cette occasion, quelques titres de la presse suisse ont abordé ce thème.

Voici les principaux éléments du dossier:

L’émission incriminée et quelques explications
Le texte de la réclamation des plaignants
La lettre ouverte des plaignants contenant leurs propositions

Le lettre ouverte a été remise en mains propres à la TSR le 19 décembre dernier, accompagnée d’un cédérom contenant une série de films et d’interviews éclairant les aspects du Hezbollah que la TSR semble vouloir ignorer. Comme la conciliation a échoué (la TSR affirme ne rien avoir à se reprocher, d’admet aucune erreur, aucun manquement que ce soit), et que la procédure se poursuit, nous allons maintenir cette lettre ouverte et continuer d’accepter et d’y intégrer les messages de soutien, dans l’espoir que leur nombre et leur qualité (il vaut la peine d’en lire les commentaires) finira par faire pencher la balance.

Si vous souhaitez appuyer l’action des 26 plaignants et des quelque 140 personnes qui ont déjà signé la lettre ouverte, il vous suffit d’adresser un courriel à cette adresse:

obsession_sur_la_tsr@ajm.ch

Pour information, voici encore les principaux articles concernant cette affaire parus sur ajm.ch, mon blog personnel:

Boucliers civils du Hezbollah — le dossier, les images, les témoignages
Les Nazis de notre temps portés aux nues par notre TV
Obsession bat des records! Signez la lettre ouverte!
La propagande du Hezbollah sur Internet
Mukawama — la «résistance» à l’islamique
Une libanaise parle
Obsession sur la TSR
Plainte contre la TSR — dépôt de la réclamation
Comment le Hezbollah triche avec la démocratie
Plainte contre la TSR — appel au soutien
Les voix du Liban
Un témoignage sur le Liban
Le témoignage d’un ex-terroriste libanais
Projet de plainte contre la TSR
Le Hezbollah et ses boucliers civils — un témoignage
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 6
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 5
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 4
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 3
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 2
La TSR fait la propagande des terroristes, suite
La TSR fait la propagande des terroristes

 

Posted in Vigilance | 1 Comment »

Quelques bonnes raisons de considérer comme nulles et non-avenues toutes les organisations ouvertement musulmanes

December 18th, 2006 by ajmch

Une très éclairante lettre ouverte (trouvée sur PI) adressée au gouvernement allemand sur le thème de sa navrante Conférence sur l’Islam:

OFFENER BRIEF AN DIE BUNDESREGIERUNG

Sehr geehrte Frau Bundeskanzlerin Merkel,
sehr geehrter Herr Bundesinnenminister Schäuble,
sehr geehrte Damen und Herren der Regierungskoalition!

Die von Ihnen initiierte Islamkonferenz sollte der Chancengleichheit aller in Deutschland lebenden Menschen dienen. Es ist begrüßenswert, wenn die Bundesregierung somit beginnt, endlich zu akzeptieren, dass Deutschland längst ein Einwanderungsland geworden ist.

Fragwürdig ist jedoch der Weg, den Sie bislang eingeschlagen haben. Damit meinen wir die Auswahl Ihrer primär religiösen Gesprächspartner, insbesondere die Vertreter der islamischen Organisationen. Wir sind überzeugt, dass Sie damit nur zur Ethnisierung und Konfessionalisierung beitragen.

Wir bitten Sie zu bedenken:
Viele kritische und „aufgeklärte” Muslime und Nicht-Muslime, aber auch viele islamkritische Einwanderer sind nicht organisiert. Das darf jedoch nicht dazu führen, dass sie ausgerechnet von islamisch-politisch organisierten Organisationen vertreten werden sollen und somit von der Bundesregierung ignoriert werden.

Die hiesige Einwanderungspolitik atmet immer noch den Ungeist mythischer Blutsgemeinschaftskategorien, statt den politischen Citoyen, den mündigen und selbstbestimmten Staatsbürger zu adressieren und zu fördern. Deshalb werden die Eingewanderten oder nach Deutschland geflüchteten Menschen nach Nationalität und nach Religion sortiert und sogar in der dritten Generation der hier geborenen, immer noch zu Fremden erklärt.

Wir möchten jedoch einfach als Menschen, Bürger dieses Landes angenommen werden. Wir möchten nicht nach der Religion oder nach der jeweiligen Nationalität des Herkunftslandes sortiert werden. Wir möchten nicht Tag für Tag unseren Stammbaum mit uns tragen müssen.

Gemeinsam mit Menschen der Mehrheitsgesellschaft, die an Chancengerechtigkeit interessiert sind, richten wir an Sie den Appell, sich als Gesprächspartner für die Gestaltung unseres Miteinanders nicht vornehmlich religiöse Organisationen auszusuchen, sondern demokratische Verbände und gesellschaftlich engagierte Personen.

Bedenklich erscheint uns Ihr Weg aus folgenden Gründen:

Erstens:
Die meisten unter „islamisch” subsumierten Menschen stammen aus der Türkei. Jahrzehntelang wurde, wenn von Türken die Rede war, mit ihrer Nationalität argumentiert, nicht mit der Religion. Obwohl die Türken aus einem laizistischen Staat kommen, werden sie seit kurzem, auch in den Medien, pauschal als Muslime etikettiert. Die Menschen, die aus der Türkei stammen, aber ihre Identität als „islamisch” definieren, sind allein streng religiöse Islamisten mit politischen Ambitionen. Die Mehrheit versteht sich einfach als Menschen oder etikettiert sich national: türkisch, kurdisch, arabisch usw. Wie es auch ein türkisches Sprichwort treffend auf den Punkt bringt, ist die Religion eine Privatsache: „Gebet und Schuld bleiben verborgen”.

Zweitens:
Indem Sie islamische Pseudo-Vertreter an den Konferenztisch holen und primär die Religion zum Thema machen, verschaffen Sie der radikalen religiösen Minderheit unter den Einwanderern eine überproportionale Bedeutung und fördern deren Etablierung qua beabsichtigter staatlicher Alimentierung. Indem Sie ausgerechnet diese islamischen Organisationen mit allen hiesigen Menschen aus islamischen Herkunftsländern insgesamt gleichsetzen, betreiben Sie die staatliche Konfessionalisierung von Moderaten und Nichtgläubigen.

Die Strategie des französischen Innenministers Sarkozy, die fundamentalistischen Muslime als Gesprächspartner zu akzeptieren und als verlängerten Arm der Regierung zu nutzen, hat doch nur diesen radikalen Gruppen genutzt. Dadurch konnten sie sich als

  • eine der Regierung parallele Autorität behaupten,
  • noch mehr Ansehen und Mitglieder unter Einwanderern gewinnen und
  • sich international vernetzt in der französischen Einwandererszene einmischen.

Um nichts anderes geht es auch hierzulande.

Hinter den islamischen Verbänden, mit denen Sie in der Islam-Konferenz sitzen, stehen große politische und finanzielle Mächte. Diese Organisationen haben politische Ziele, die mit der Integration nichts zu tun haben. Dies wollen wir mit folgenden Punkten – unter vielen anderen – begründen:

1. Würden der selbsternannte Islamrat und die anderen „islamischen” Organisationen es mit einer angeblichen Orientierung an den Grundwerten der Verfassung ernst meinen, so müssten sie öffentlich bekennen, dass die Menschenrechte für sie in erster Linie bindend sind – und nicht durch eine Interpretation der Verse des Korans relativierbar. Zudem müssten sie solche Verse, die einem friedlichen Zusammenleben entgegenstehen, offen selbstkritisch thematisieren.

2. In einigen Versen des Korans wird die Freundschaft mit Ungläubigen, d.h. den Christen und Juden und Nichtgläubigen verboten. Eine muslimische Frau darf einen Nichtmuslim nur dann heiraten, wenn dieser zuvor zum Islam konvertiert ist. Der Koran ist voller Feindseligkeiten gegen Christen, Juden, Polytheisten und Ungläubige. Wollten diese islamischen Organisationen wirklich die Integration unterstützen, müssten sie solche Verse öffentlich debattieren und sich distanzieren.

3. In einigen Versen des Korans wird empfohlen, wenn es dem Interesse des Islam dient, die Christen und Juden anzulügen. Wir erwarten dazu eine öffentliche Klarstellung des selbsternannten Islamrats.

Die Islamkonferenz wird auf der Grundlage einer paternalistischen Position heraus durchgeführt, denn die meisten Menschen aus muslimischen Ländern werden somit gezwungen, sich religiös zu definieren und zu verorten. Ausgerechnet der weltanschaulich neutral sein sollende Staat würde mit einer Übertragung staatskirchenrechtlicher Privilegien auf islamische Verbände nicht die Integration fördern, sondern die Segregation: Wer aus dem Iran zuwandert, bekommt als Flüchtling des Mullahregimes hier eine islamische Kirchensteuer verpasst, wobei ein Austritt aus der islamischen Gemeinschaft laut Koran nicht möglich ist.

Welche Konsequenzen wird dies haben? Werden Kinder der Einwanderer künftig staatlich finanzierten islamischen Kindergärten, islamischen Konfessionsschulen usw. zugewiesen? Und wird dann dort das Ablegen des Kopftuches als Verstoß gegen die staatlich privilegierten Trägergrundsätze verstanden werden? Soll das Finanzgebaren islamischer Verbände mit dem Körperschaftsstatus weitgehend der öffentlichen Kontrolle entzogen werden?

Es mag sein, dass Sie islamischen Organisationen solche Privilegien nicht einräumen möchten. Aber da derartig problematische Privilegien auf christlicher Seite bereits bestehen, werden sich islamische Organisationen in dieses System leicht hineinklagen können.

Diese islamischen Organisationen wollen weder die Integration noch die Deeskalierung des verbalen „religiös gefärbten künstlichen Kulturkampfes” in Deutschland. Gerade die Konflikte erhöhen ihre Chance, an Ansehen und an Macht unter den Einwanderern zu gewinnen. Tatsächlich besitzen sie noch keine so weit reichende Autorität unter den Zuwanderern.

Statt die islamischen Verbände durch eine weichgespülte Islamkonferenz zu stärken, wäre es dringend notwendig, ihnen Grenzen aufzuzeigen und klare Bedingungen zu stellen.

Nach den Ehrenmorden und den gerichtlichen Auseinandersetzungen um das Kopftuch sollte überlegt werden, welche Verfassungsprinzipien durch religiöses (Un)Recht verletzt werden. Der „Ehrenmord” an Hatun Sürücü und vielen anderen Mädchen und Frauen ist auch ein Ergebnis der Bestärkung grundrechtsfeindlicher Haltungen durch diese politischen islamischen Verbände. Die hiesige Rechtssprechung ist derlei Verbrechen gegenüber von oft erstaunlicher Milde. Sehr gerne werden die politisch-religiösen Zusammenhänge bereits von den Ermittlungsbehörden ignoriert.

Wer die Betreuung von Einwanderinnen und Einwanderern den islamischen Verbänden zuweist, befördert deren Isolation und Entrechtung. Dass derlei der ehemaligen Ausländerbeauftragten der früheren Bundesregierung, Fr. Marie Luise Beck, preiswürdig erschien, zeigt, wie fatal es ist, wenn Menschenrechte einer naiven Religionsprivilegierung untergeordnet werden.

Und Sie laden nun jene Kräfte zu einer Konferenz für Integration, die den Nährboden für islamische Gewalt bilden und am weitesten von der Idee der Integration entfernt sind! Das bedeutet nicht nur ein verfassungsrechtlich bedenkliches Zurückweichen, es ist die direkte Förderung der Desintegration, der Ethnisierung und der religiösen Separierung der Zuwanderer.

Als Vertreter eines modernen Rechtstaats sollten Sie aufzeigen,

  • dass diese Gesellschaft nicht vor Fundamentalisten zurückweicht und ihnen nicht Schritt für Schritt zunehmend mehr Raum im öffentlichen Leben überlässt; und
  • dass es möglich ist, einen Wertekatalog anhand der Menschenrechte zu entwickeln, mit dem alle Menschen leben können, ohne ihre Religion in den Vordergrund zu stellen.

Wir sind der Meinung, dass der Staat vor einer Verhandlung mit religiösen Organisationen verlangen sollte, dass diese ein Basispapier gegen Gewalt, für Pluralität und Humanität unterzeichnen. Dieser Grundlagenvertrag sollte international bekannt gemacht werden. Vielleicht könnte ein solches Modell auch international Schule machen.

Wir fordern Sie auf, die Menschenrechte konsequent als Grundlage Ihrer Politik zu beachten. Religiöse Vorschriften – welchen „Gottes” auch immer – dürfen nicht neben oder gar über staatliches Recht gestellt werden. Ansonsten werden Zug um Zug fundamentale Errungenschaften der Moderne verloren gehen und diese Gesellschaft in ihrer Entwicklung massiv zurückgeworfen werden.

Samstag, 16. Dezember 2006

UnterzeichnerInnen Liste: Arzu Toker, Journalistin, Schriftstellerin, Köln
Dr. Reza Hajatpour, Orientalist, Schriftsteller, Bamberg
Mina Ahadi, Islamkritikerin und Vorsitzende des Internationalen Komitees gegen Steinigung und Todesstrafe
Can Mileva Rastovic, Kulturmanagment, Köln
Nasrin Amirsedghi, Publizistin, Mainz
M. Kurt Saygin, Dipl.-Chemieingenieur, Berlin
Necati Mert, Studierter Ökonom und Publizist, herausgebender Redakteur des Quartal-Periodikums DIE BRÜCKE – Forum für antirassistische Politik und Kultur, Saarbrücken
Bülent Yarar, Unternehmer, Mannheim
Hartmut Krauss, Sozialwissenschaftler, Pädagogischer Leiter in der Erwachsenenbildung, Osnabrück
Dr. Michael Schmidt-Salomon, Schriftsteller, Vorstandssprecher der Giordano Bruno Stiftung, Trier

Posted in Vigilance | No Comments »

Lutte contre les diverses manifestations de l’islamisme

December 15th, 2006 by ajmch

Alors qu’en Europe, l’impact de la présence accrue de l’Islam se traduit plus volontiers par des intifadas banlieusardes, des taux de viols stratosphériques, une explosion de la criminalité des jeunes gens et l’une ou l’autre fable cochonnée, les islamistes américains se font plutôt remarquer par leurs initiatives politiques de haut vol.

Le mois passé, des imams américains, au sortir d’une conférence d’imams, se firent remarquer dans un aéroport par leurs prières et leurs remarques, à tel point qu’ils furent empêchés d’embarquer. Voici un résumé divertissant:

YouTube Preview Image

À présent, la principale organisation islamiste américaine, le CAIR (Council on American-Islamic Relations, Conseil des relations américano-islamiques), tente de récupérer cette affaire pour favoriser l’introduction d’une loi interdisant le «profilage racial», lequel, dans leur interprétation, inclurait le profilage musulman. Si une telle loi entre en vigueur, tout Musulman faisant l’objet d’une surveillance ou d’un contrôle particuliers pourra se plaindre d’avoir été injustement traité. Et la lutte contre le terrorisme musulman aura fait un grand pas en arrière.

Les Musulmans d’Amérique forment un groupe social très différent de celui des Musulmans européens. Les premiers sont plus riches et plus éduqués que la moyenne des Américains, tandis que les deuxièmes sont généralement sensiblement plus démunis que leurs populations d’accueil. D’où les différences de tactique. En Europe, il faut victimiser les populations immigrées en traitant les autochtones de racistes et encourager les Musulmans à se plaindre de cette situation, en fait provoquée, afin de motiver des revendications politiques (voir une explication plus détaillée). Alors qu’aux États-Unis, on fait plutôt dans le lobbysme politique, au point qu’un Musulman, Keith Ellison, un islamiste bénéficiant du soutien du CAIR, vient d’être élu au Congrès.

Mais la stratégie est la même partout: imposer l’Islam en lui donnant une image mensongère. Jusque là, tous les Musulmans activistes, à l’exception des terroristes qui sont plutôt contre-productifs, sont d’accord entre eux. Le problème est «seulement» que l’Islam lui-même est totalement incompatible avec la démocratie. Notre problème central, face à l’islamisme, à la propagation de l’Islam, est donc de reconnaître à temps sa progression et de la stigmatiser assez efficacement pour avoir une chance de la contrer.

Je pense pour ma part qu’un effort juridique systématique d’interdiction est indispensable, ne serait-ce que pour apporter la preuve formelle de la nuisance transportée par l’Islam. Mais il faut aussi se pencher sur chacune de ses manifestations spécifiques. C’est l’objectif d’une nouvelle organisation, actuellement en formation: Islamist Watch. Ce projet de mise à jour de l’islamisme légal, conçu par Daniel Pipes, sera lancé l’an prochain sous la direction de Paul Belien, l’un des meilleurs spécialistes européens, éditeur notamment du Brussel Journal.

J’encourage vivement les lecteurs suisses à examiner cette problématique et à me communiquer, anonymement s’ils le souhaitent, les cas d’islamisme qu’ils constatent autour d’eux. Je ferai tout mon possible pour les élucider ici.

Posted in Vigilance | No Comments »

Le légendaire respect des Musulmans pour le Christianisme

December 9th, 2006 by ajmch

devient légèrement oppressant à l’approche des fêtes de fin d’année, comme le relate Le Temps:

Des institutrices qui souhaitaient célébrer Noël dans leur classe, composée d’enfants de 5 ans, se sont retrouvées en butte à l’opposition de parents musulmans qui se sont déclarés fortement dérangés que l’on parle de Jésus et de tout ce qui le concerne devant leur fille. Les mécontents acceptaient qu’un sapin soit décoré, «parce que c’est joli», mais rien de plus. Au terme d’une réunion de parents d’élèves plus âgés, une maîtresse se serait à son tour heurtée aux protestations de nombreux parents d’élèves musulmans, jugeant intolérable de faire une fête pour Noël en classe.

Catholique d’origine, Sandrine Nobs dit avoir reçu «au moins 50 téléphones et 10 courriers» de parents, d’enseignants et de personnes âgées évoquant leurs propres anecdotes sur le sujet.

Et ce n’est pas un cas simplement neuchâtelois:

Cet échange n’est pas le premier du genre en Suisse romande. Des parents d’élèves avaient déjà interpellé l’an dernier le directeur général de l’enseignement obligatoire vaudois, Daniel Christen, pour demander que leurs enfants soient dispensés d’école durant le mois qui précède le 24 décembre. Ils entendaient leur éviter ainsi de se trouver confrontés aux activités liées à l’Avent et aux préparatifs de Noël, étant donné qu’un accent particulier est mis à cette époque sur la filiation divine de Jésus, en laquelle l’islam ne croit pas.

La vérité est que les Musulmans pratiquants se répètent des dizaines de fois par semaine que les Chrétiens sont des égarés (et ce n’est que le plus bénin des aspects abrasifs de ce culte). La pratique de la religion islamique rend intolérant et bigot comme l’exercice physique rend musclé. Il faut interdire ces pratiques – elles sont malsaines et subversives.

Posted in Vigilance | 3 Comments »

Interdire l’Islam — on en parle

December 9th, 2006 by ajmch

Ce matin, le 9 décembre 2006, la recherche portant sur l’expression «interdire l’islam» rend 33.000 pages. C’est presque 85 fois plus qu’en février dernier, et plus de trois fois plus qu’il y a une semaine.

Voir un bon débat sur bafweb.com.

Posted in Vigilance | No Comments »

Comment mettre fin au terrorisme

December 5th, 2006 by ajmch


par Daniel Pipes
New York Sun, 5 décembre 2006

VO: How to End Terrorism 

Pour être efficace, une stratégie de contre-terrorisme doit se concentrer sur le fait que le terrorisme perpétré par des Musulmans au nom de l’Islam constitue la menace stratégique pesant sur les populations civilisées, musulmanes ou non musulmanes, de notre époque.

Au niveau le plus élémentaire, cette menace fait intervenir des individus isolés atteints par le syndrome du djihad subit et qui lancent des actions meurtrières totalement imprévisibles. Au plus haut niveau, elle revêt la forme d’une organisation criminelle telle que le Hamas, qui dirige le quasi-gouvernement de l’Autorité palestinienne, ou même les efforts d’Al-Qaïda visant à acquérir des armes de destruction massive. Ainsi, si le terrorisme des Musulmans était stoppé, ce serait un progrès majeur vers la victoire dans ce que certains appellent la Quatrième Guerre mondiale.

Est-ce possible?

Oui, et en partie aussi grâce à un contre-terrorisme conventionnel efficace. Les individus doivent être traqués, les organisations fermées, les réseaux détruits, les frontières surveillées, les transferts de fonds empêchés, les ADM interdites. Mais ces mesures ne combattent que les symptômes du problème, pas le problème lui-même. «Le problème lui-même» consiste en la motivation qui alimente les flambées de violence commises par des Musulmans au nom de l’Islam. Cette violence ne peut être contrée qu’en isolant la raison pour laquelle le terrorisme est devenu un aspect si marquant de la vie musulmane.

Cette agressivité ne résulte pas d’impulsions perverses dictant la destruction par elle-même; et elle n’est pas issue de la religion de l’Islam, laquelle n’inspirait nullement une telle rage meurtrière il y a encore une génération. Non, elle provient d’idées politiques.

Les idées ne jouent aucun rôle dans la criminalité ordinaire, qui ne poursuit que des objectifs purement égoïstes. Mais les idées, généralement de celles qui tendent à changer le monde de manière radicale, sont au cœur même du terrorisme et notamment de sa variante suicidaire. Contrairement à la plupart d’entre nous, qui acceptons généralement l’existence telle qu’elle est, les utopistes tiennent à édifier un ordre nouveau et supérieur. Pour y parvenir, ils s’approprient tous les pouvoirs, affichent un mépris glacial pour la vie humaine et nourrissent l’ambition de réaliser leur vision à l’échelle mondiale. Il existe plusieurs schémas utopiques de ce type, avec à leur tête le fascisme et le communisme qui ont tous deux fait des dizaines de millions de victimes.

Ces deux totalitarismes ont été vaincus en 1945 et en 1991, respectivement, l’un par la guerre (au cours de la Deuxième Guerre mondiale) et l’autre plus subtilement (par la guerre froide). Leur quasi-disparition incita certains optimistes à imaginer que l’ère de l’utopie et du totalitarisme était arrivée à son terme et qu’un ordre libéral l’avait définitivement remplacée.

Hélas, c’était sans compter avec un troisième totalitarisme en progression depuis les années 1920, celui de l’islamisme, que l’on peut résumer par la conviction selon laquelle «l’Islam est la solution» à tout, de l’éducation des enfants à la manière de faire la guerre. À la suite de la convergence de plusieurs facteurs – une rivalité historique avec les Juifs et les Chrétiens, une natalité effrénée, la capture de l’État iranien en 1979, le soutien d’États pétroliers –, les islamistes en sont arrivés à dominer le discours idéologique des Musulmans intéressés par leur identité ou leur foi islamique.

C’est ainsi que la loi islamique, en repli depuis deux siècles, fait son grand retour et avec elle le djihad, la guerre sacrée. Le califat, en fait éteint depuis plus d’un millénaire, est redevenu un rêve ardent. Les idées prônées par des penseurs et des organisateurs tels que Muhammad ibn Abd al-Wahhab, Shah Waliullah, Sayyid Abu’l-A’la al-Mawdudi, Hasan al-Banna, Sayyid Qutb et Rouhollah Khomeini se sont imposées contre les approches traditionnelles, modernistes et centristes de l’Islam. Les adeptes de ces utopistes recourent à la violence, y compris au terrorisme, pour promouvoir leur vision malveillante.

Ainsi, la forme la plus efficace de contre-terrorisme consiste à combattre non pas les terroristes, mais les idées qui les motivent. Cette stratégie implique deux étapes principales. D’abord, il faut vaincre le mouvement islamiste comme l’ont été les mouvements fasciste et communiste – à tous les niveaux et de toutes les manières, en usant de toutes les institutions, publiques et privées. Cette tâche incombe essentiellement aux non-Musulmans, car les communautés musulmanes n’ont généralement pas la capacité ou la volonté de purger leurs éléments islamistes.

En revanche, seuls des Musulmans sont en mesure d’accomplir la deuxième étape, la formulation et la propagation d’un Islam moderne, modéré, démocratique, libéral, convivial, humain et respectueux de la femme. Ici, les non-Musulmans peuvent apporter leur aide en se distançant des islamistes et en soutenant les Musulmans modérés.

Bien qu’il soit théoriquement réalisable, la faiblesse de ses avocats actuels fait paraître l’avènement d’un Islam modéré totalement hors de portée. Mais, malgré toute la fragilité de ses perspectives actuelles, le succès de l’Islam modéré est la seule forme efficace de contre-terrorisme. Le terrorisme, allumé par de mauvaises idées, ne peut être éteint que par de bonnes idées.

Posted in Vigilance | No Comments »

« Previous Entries